Politique

Sénégal : Karim Wade avait bien déposé un dossier pour renoncer à la nationalité française

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Des partisans de Karim Wade, à Dakar, le 29 novembre 2018.

Des partisans de Karim Wade, à Dakar, le 29 novembre 2018. © AFP

Avant que sa candidature à la présidentielle ne soit écartée par le Conseil constitutionnel, ce 14 janvier, Karim Wade avait bien déposé une demande visant à renoncer à sa double nationalité française, comme la Constitution sénégalaise l’exige.

Selon nos informations, Karim Wade avait bien déposé un dossier de demande de renonciation à la nationalité française, fin décembre, à l’ambassade de France à Doha (Qatar). Le candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) à la présidentielle du 24 février, dont le dossier de candidature a été écarté le 14 janvier par le Conseil constitutionnel, souhaitait se conformer à la Constitution, qui stipule que tout candidat doit être de nationalité exclusivement sénégalaise.

Une procédure exceptionnelle

Il incombe désormais à la Sous-Direction de l’accès à la nationalité française (SDANF) du ministère français de l’Intérieur d’étudier cette procédure exceptionnelle, dite « demande de libération des liens d’allégeance envers la France ». Si la requête du fils d’Abdoulaye Wade était acceptée, un décret serait alors publié dans l’édition papier du Journal officiel.

Quoi qu’il en soit, l’intéressé restait confronté à un obstacle de taille, comme l’a soulevé le Conseil constitutionnel pour justifier sa décision : depuis sa condamnation judiciaire, Karim Wade n’est plus inscrit sur les listes électorales sénégalaises, condition indispensable pour pouvoir briguer la magistrature suprême.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer