Agroalimentaire

Face-à-face : Steven Bresky (Seaboard) et Alexandre Vilgrain (Somdiaa) en confrontation au Congo

Steven Bresky (Seaboard Corporation) et Alexandre Vilgrain (Somdiaa)

Steven Bresky (Seaboard Corporation) et Alexandre Vilgrain (Somdiaa) © Montage JA

Alors que les Minoteries du Congo (Minoco), filiale de Seaboard, vont être contraintes d’arrêter leur production pendant plusieurs mois, Somdiaa a investi 27 millions d’euros dans la construction d’un moulin dans le port de Pointe-Noire.

C’est une première sur le continent. Le géant américain Seaboard Corporation (5,11 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 217 millions d’euros de bénéfices en 2017), dirigé par Steven Bresky, 65 ans, leader de la meunerie en Afrique, va bientôt se retrouver en confrontation directe avec Somdiaa (477 millions d’euros de CA et 13,3 millions d’euros de résultat net en 2017), dont le groupe Castel détient près de deux tiers des parts.

Déjà présent dans l’activité sucrière au Congo via sa filiale Saris, Somdiaa, dirigé par Alexandre Vilgrain, 62 ans, n’a en effet pas hésité à investir 27 millions d’euros dans la construction d’un moulin dans le port de Pointe-Noire, estampillé Société des grands moulins du phare (SGMP), d’une capacité de 300 tonnes par jour (t/j). Son entrée en production est prévue pour le dernier trimestre de 2019.

Seaboard priée de déménager par le groupe Bolloré

Le choix du timing est tout sauf fortuit. Les historiques Minoteries du Congo (Minoco), filiale de Seaboard, dont la capacité est de 400 t/j, vont être contraintes d’arrêter leur production pendant plusieurs mois. Également situées à Pointe-Noire, sur un quai appartenant au groupe Bolloré, elles sont en effet priées de déménager par le français, qui veut utiliser cet espace pour étendre ses terminaux à conteneurs.

Pas prêt à s’avouer vaincu, Seaboard souhaiterait mettre à profit ce déménagement pour lui aussi investir et faire passer sa capacité à « 700, voire 1 000 t/j ». Cette bataille de marché pourrait bien bénéficier au consommateur congolais puisque l’offre de farine de pain devrait à terme largement excéder la demande du marché, équivalente à 1 000 t/j. D’autant qu’un troisième acteur, les Grands Moulins du Kouilou (GMK), est entré sur le marché en 2016, avec une capacité de 250 t/j.


>> A LIRE – Agroalimentaire : Seaboard Corporation, enquête sur le géant de la farine africaine


Situation inconfortable

« Le déménagement des Minoco met Seaboard dans une situation inconfortable, mais, avec à terme la capacité de traitement la plus grande, il pourrait bien dans quelques années écraser le marché », nous a confié un spécialiste du secteur.

Selon ce même spécialiste, pourtant, « les jeux sont loin d’être faits, et rien ne dit que Somdiaa et Seaboard, dont les deux patrons, Alexandre Vilgrain et Steven Bresky, se connaissent bien, ne recourront pas un jour à un arrangement »…

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte