Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie : quand Saïd Bouteflika rencontre secrètement Abderrazak Makri

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Saïd Bouteflika en avril 2009 lors de la réélection de son frère à la présidence de l'Algérie (image d'illustration).

Saïd Bouteflika en avril 2009 lors de la réélection de son frère à la présidence de l'Algérie (image d'illustration). © AP/SIPA

Le frère et conseiller du président a rencontré en novembre dernier Abderrazak Makri, président du parti MSP (islamiste). Ce dernier souhaitait initialement rencontrer le chef de l’État.

Courant novembre, Abderrazak Makri, président du parti MSP (islamiste), a secrètement rencontré le frère cadet d’Abdelaziz Bouteflika, Saïd Bouteflika, conseiller à la présidence, à la demande de ce dernier.
Makri souhaitait s’entretenir avec le chef de l’État, mais l’état de santé de celui-ci ne l’a pas permis. Selon des sources proches du dirigeant islamiste, Saïd Bouteflika s’est contenté d’écouter son interlocuteur et lui a expliqué qu’il est difficile de trouver, d’ici au mois d’avril, un consensus sur l’organisation de la présidentielle de 2019. Peu après, Makri a proposé de reporter cette élection, afin de négocier une période de transition.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte