Justice

Affaire Camrail : un nouveau round se prépare devant la justice française

Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016 © AP/SIPA

La plainte déposée par le Comité de libération des prisonniers politiques (CL2P) pour homicides involontaires dans l’affaire de la catastrophe ferroviaire d’Eseka sera examinée par la cour d'appel de Paris au mois de février.

Le 6 février, la cour d’appel de Paris examinera la plainte contre X qu’a déposée le Comité de libération des prisonniers politiques (CL2P) pour homicides involontaires dans l’affaire de la catastrophe ferroviaire d’Eseka.
En première instance, la justice avait refusé d’instruire cette plainte, estimant que le CL2P ne pouvait représenter les victimes en tant que partie civile. L’avocat du comité, Stéphane Engueleguele, met en avant la jurisprudence du procès des biens mal acquis, pour lequel l’ONG Transparency International a, elle, été reconnue partie civile.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte