Dossier

Cet article est issu du dossier «Décideurs : ils feront 2019»

Voir tout le sommaire
Start-up

[Ils feront 2019] Anis Sahbani, directeur général d’Enova Robotics (Tunisie)

Enova Robotics © DR

« Si un robot assure les tâches répétitives ou pénibles, l’humain peut se concentrer sur la prise de décision » : telle est la philosophie d’Anis Sahbani, fondateur et directeur général d’Enova Robotics.

La société tunisienne a été la première au monde à commercialiser, en 2015, un robot de surveillance destiné à la sécurité civile.

De la sécurité aux maisons de retraite

Diplômé de l’École nationale d’ingénieurs de Tunis, ce Tunisien de 43 ans, qui a réalisé en juin la plus grosse levée de fonds pour une start-up dans son pays (1,5 million d’euros), vient d’ouvrir une filiale en France, Diva Robotics, et s’apprête à signer un contrat d’exclusivité avec la société suédoise Securitas, à laquelle il livrera ses robots PearlGuard pour assurer la sécurité de sites industriels français. Montant du deal : 1 million d’euros pour la seule année 2019.


>>> À LIRE – La Novation City en Tunisie : bienvenue chez iRobot


Pionnier dans son secteur, Anis Sahbani est aussi le « papa » d’autres modèles de robots, et notamment d’eTouch-Bot, un androïde chargé de veiller sur les personnes âgées, pour lequel Enova Robotics a signé, en septembre 2017, un partenariat avec Covéa. Le géant français de l’assurance mutualiste (Matmut, MMA, GMF) pilote actuellement son déploiement dans des maisons de retraite.

Fermer

Je me connecte