Dossier

Cet article est issu du dossier «Décideurs : ils feront 2019»

Voir tout le sommaire
Technologies

[Ils feront 2019] Moustapha Cissé, responsable du Google AI Research Center Accra

Moustapha Cisse © DR

Sous son air flegmatique, ce Sénégalais de 33 ans est en fait un grand enthousiaste. Patient et très à l’écoute quand il s’agit de parler de sa discipline, l’intelligence artificielle (IA), il n’en reste pas moins extrêmement pressant lorsqu’il en appelle à un réveil panafricain de la recherche scientifique.

En juin 2018, il a pris la tête du centre de recherche en IA de Google à Accra, au Ghana, qui devrait ouvrir en janvier ou en février 2019. À l’offensive sur le continent pour conquérir de nouveaux utilisateurs pour ses plateformes (moteur de recherche, messagerie, YouTube, etc.), le géant américain, dont le modèle économique repose essentiellement sur la publicité, souhaite ainsi profiter de l’essor des innovations fondées sur l’IA (éducation, santé, agriculture…) sur le continent.


>>> À LIRE – Dossier : Gafam : l’Afrique face aux géants du Web


Cette nouvelle position chez Google procure à Moustapha Cissé une aura dont il semble avoir mesuré le potentiel. Grâce à elle, il a convaincu la crème de la crème de l’IA de venir enseigner dans son master, lancé à Kigali avec l’Institut africain des sciences mathématiques (Aims).

Un premier pas comme une réponse aux difficultés qu’il a lui-même connues dix ans auparavant. Alors qu’il était diplômé de l’université Gaston-Berger, de Saint-Louis, son seul choix, faute d’une offre africaine à la hauteur de ses ambitions, a été de partir poursuivre ses études en France.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte