Économie
Vue de Marrakech

Cet article est issu du dossier

Maroc : grandes fortunes et jeunes héritiers

Voir tout le sommaire
Économie

Maroc : Malik et Kenza Sefrioui (Cimat-Cimaf)

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 2 janvier 2019 à 15:09

Malik et Kenza Sefrioui de Cimat-Cimaf

Malik Sefrioui a eu à peine le temps de finir ses études au Babson College, aux États-Unis, qu’il était nommé, en 2014, vice-président du groupe cimentier Ciments de l’Atlas-Ciments de l’Afrique, fondé en 2007 par son père, Anas, et qui totalise aujourd’hui une quinzaine d’unités au Maroc et sur l’ensemble du continent.

Depuis, le jeune héritier a pris du galon, se faisant même désigner vice-président de l’Association professionnelle des cimentiers (APC), et siège désormais dans une trentaine de conseils d’administration d’entreprises appartenant à Anas Sefrioui. Sa sœur aînée, Kenza (34 ans), reste néanmoins la princesse de l’empire. Son mariage, en 2008, avec un autre grand héritier de la famille Bennani (ancien président de Wafabank) avait fait les délices de la presse nationale.


>>> À LIRE – Entreprises – Maroc : qu’est ce qu’un « champion national » ?


En intégrant le groupe en 2007, après des études financières à la George Washington University, elle a dû faire ses preuves comme directrice déléguée pendant quatre ans avant d’être nommée, en 2011, vice-présidente d’Addoha, vaisseau amiral du groupe Sefrioui.

Leur cousin Saad Sefrioui est, lui aussi, arrivé en renfort en 2011, après avoir géré d’autres affaires familiales. Ce dernier assume le rôle de vitrine médiatique de l’empire Sefrioui : une manière de préserver et de protéger les héritiers.