Dossier

Cet article est issu du dossier «Cemac : comment en finir avec la crise ?»

Voir tout le sommaire
Politique économique

Cemac – Franc CFA : un remède antidévaluation

Les réserves en devises s’étaient taries en raison de la chute des cours du baril de pétrole. © Adrienne Surprenant/Bloomberg via Getty Images

Tous les pays membres de la Cemac ne respectent pas l’obligation d’apporter leurs gains en devises à la Beac, préférant en déposer une partie sur un compte plus rémunérateur à l’étranger. Rompre avec cette pratique pourrait leur permettre de reconstituer leurs réserves de change, préconise le FMI.

Si son franc CFA a failli être dévalué fin 2016, c’est que les réserves en devises de la Cemac étaient à sec en raison de la chute des cours du pétrole. Leurs variations ont été impressionnantes en dix-huit ans.

Dans les caisses de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), elles s’élevaient en 2001 à 1,1 milliard de dollars et à un mois d’importations. En 2013, elles culminaient à 18,2 milliards et à six mois. Fin 2016, elles s’effondraient à 3 milliards et à 1,7 mois. Aujourd’hui, elles tournent autour de 4 milliards et 3 mois.

Les réserves devraient plafonner à 10,5 milliards de dollars et 4,4 mois d’importations en 2021

Une partie du problème vient de ce que tous les membres de la Cemac ne respectent pas l’obligation d’apporter leurs gains en devises à la Beac. Ils préfèrent en déposer une partie sur un compte plus rémunérateur à l’étranger. « Cette pratique, à la rigueur soutenable quand le prix du baril était de 100 dollars et que le budget consolidé de la Cemac était proche de l’équilibre, est devenue un risque majeur depuis l’effondrement des prix du pétrole », note un rapport d’août 2018 du FMI.


>>> À LIRE – Dossier : Afrique centrale : l’heure de la relance ?


Car les réserves devraient plafonner à 10,5 milliards de dollars et 4,4 mois d’importations en 2021. Insuffisant pour rassurer les marchés. Le FMI préconise d’obliger tous les pays à déposer leurs devises à la Beac jusqu’à ce que celles-ci couvrent un minimum de 5 mois d’importations. Au-delà, ils les placeraient dans un fonds national dont chacun d’eux disposerait librement. Les États l’accepteront-ils ?

Fermer

Je me connecte