Dossier

Cet article est issu du dossier «Décideurs : ils feront 2019»

Voir tout le sommaire
Banque

[Ils feront 2019] Maria Ramos, directrice générale d’Absa Group Ltd (Afrique du Sud)

Maria Ramos, directrice générale d’Absa Group Ltd en Afrique du Sud. © Alon Skuy/Sunday Times/Gallo Images/Getty Images

« Comment réussir son divorce… en affaires ? » Maria Ramos pourrait rédiger un manuel à l’intention des managers confrontés à ce challenge. À la fin de juin, la séparation entre Barclays et son ex-filiale Absa Group Limited, enclenchée en mars 2016, a été officialisée.

La perte de la tutelle britannique semble avoir ragaillardi les 41 000 salariés du troisième groupe africain.

Succession après 2020 ?

Son bénéfice au premier semestre de 2018 est son plus élevé depuis 2014. Ses pertes sur la même période ont reculé à leur plus bas niveau en trois ans. Ses revenus, tirés de douze pays africains, ont crû de 3 %, pour atteindre 37 milliards de rands (2,3 milliards d’euros) au premier semestre, malgré la sous-performance de l’économie sud-africaine.

Maria Ramos, qui fêtera ses 60 ans, dont dix à la tête d’Absa, au début de 2019, entend à moyen terme « doubler [la] part des revenus bancaires [du groupe] en Afrique pour la porter à 12 % », avec le Nigeria comme premier marché. Un challenge qui pourrait incomber aux successeurs de Ramos, qui, à la mi-2018, a évoqué pour la première fois sa succession, peut-être après 2020.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte