Dossier

Cet article est issu du dossier «Décideurs : ils feront 2019»

Voir tout le sommaire
Banque

[Ils feront 2019] Maria Ramos, directrice générale d’Absa Group Ltd (Afrique du Sud)

Maria Ramos, directrice générale d’Absa Group Ltd en Afrique du Sud.

Maria Ramos, directrice générale d’Absa Group Ltd en Afrique du Sud. © Alon Skuy/Sunday Times/Gallo Images/Getty Images

« Comment réussir son divorce… en affaires ? » Maria Ramos pourrait rédiger un manuel à l’intention des managers confrontés à ce challenge. À la fin de juin, la séparation entre Barclays et son ex-filiale Absa Group Limited, enclenchée en mars 2016, a été officialisée.

La perte de la tutelle britannique semble avoir ragaillardi les 41 000 salariés du troisième groupe africain.

Succession après 2020 ?

Son bénéfice au premier semestre de 2018 est son plus élevé depuis 2014. Ses pertes sur la même période ont reculé à leur plus bas niveau en trois ans. Ses revenus, tirés de douze pays africains, ont crû de 3 %, pour atteindre 37 milliards de rands (2,3 milliards d’euros) au premier semestre, malgré la sous-performance de l’économie sud-africaine.

Maria Ramos, qui fêtera ses 60 ans, dont dix à la tête d’Absa, au début de 2019, entend à moyen terme « doubler [la] part des revenus bancaires [du groupe] en Afrique pour la porter à 12 % », avec le Nigeria comme premier marché. Un challenge qui pourrait incomber aux successeurs de Ramos, qui, à la mi-2018, a évoqué pour la première fois sa succession, peut-être après 2020.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte