Diplomatie

France-Tchad : la crise centrafricaine au centre de la visite d’Emmanuel Macron à N’Djamena

Le président français et son homologue tchadien, à l’Élysée, le 29 mai. © Ludovic MARIN/AFP

En visite au Tchad les 22 et 23 décembre, le président français Emmanuel Macron évoquera avec son homologue tchadien Idriss Déby Itno la crise centrafricaine et l'influence croissante de Moscou dans le pays.

Emmanuel Macron, à l’occasion de sa visite au Tchad (les 22 et 23 décembre), envisage de prononcer un discours à la Maison de la femme, à N’Djamena, sur l’un de ses thèmes favoris : l’implication des femmes dans le développement. Surtout, il évoquera avec Idriss Déby Itno (qu’il surnomme avec malice « le Napoléon Bonaparte de l’Afrique centrale ») la recrudescence des activités de Boko Haram et la crise centrafricaine.

L’influence croissante de Moscou

Depuis des mois, la présence de conseillers russes auprès de Faustin-Archange Touadéra préoccupe Français et Tchadiens. Le 11 octobre, lors du sommet de l’OIF en Arménie, Emmanuel Macron et Idriss Déby Itno, épaulés par Denis Sassou Nguesso et Ali Bongo Ondimba, avaient mis en garde le président centrafricain contre l’influence croissante de Moscou qui cultive par ailleurs de bonnes relations avec le Soudanais Omar el-Béchir.

Improvisant un minisommet – alors que Touadéra souhaitait quitter Erevan –, Macron avait plaidé en faveur d’une médiation de l’UA.

Pour préparer son séjour au Tchad, le président français y a dépêché Franck Paris, son conseiller Afrique, que Déby Itno a reçu une heure durant, le 12 décembre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte