Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire : la dernière ligne droite»

Voir tout le sommaire
BTP & Infrastructures

Côte d’Ivoire : un nouveau campus pour San Pedro

La future université de San Pedro

La future université de San Pedro © Envol Immobilier

C’était une promesse du candidat Alassane Ouattara lors de la campagne présidentielle de 2010 : une université dans la cité balnéaire de San Pedro, située dans l’extrême Sud-Ouest et qui abrite le deuxième port du pays après celui d’Abidjan ainsi que le premier port exportateur de cacao du monde.

Huit ans plus tard, après quelques balbutiements, le projet se met en place dans le cadre du Programme de décentralisation des universités (PDU), élaboré par le Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD), qui comprend aussi la construction d’universités à Man (Ouest), à Bondoukou (Est) et à Adiaké (Sud-Est).

Objectif : 20 000 étudiants

Le projet proposé par le groupe français Eiffage pour l’université de San Pedro n’ayant pas été retenu – l’État ivoirien estimait la facture de 200 milliards de F CFA (près de 305 millions d’euros) trop élevée –, c’est finalement Envol Partenariats-Côte d’Ivoire, filiale du groupe sénégalais Envol Immobilier, qui, le 10 septembre, a remporté l’appel d’offres. Le coût total de ce projet en partenariat public-privé (PPP), estimé à 95 milliards de F CFA, sera financé par Industrial and Commercial Bank of China (ICBC).

« Nous avons décliné le chantier en quatre phases de travaux, qui permettront à l’université d’accueillir 3 000, puis 7 000, 15 000 et finalement 20 000 étudiants au total », explique Madani Maki Tall, le président d’Envol Immobilier. Le chantier a été lancé le 30 novembre, et la première tranche devrait être livrée avant la rentrée académique de septembre 2020. Le plan de l’enceinte prévoit notamment la construction d’une résidence pour 3 000 jeunes ainsi que des logements pour les enseignants.


>>> À LIRE –  Côte d’Ivoire : campus pour tous


L’objectif du gouvernement ? Permettre aux futurs bacheliers du sud-ouest du pays de poursuivre leurs études dans la région et ainsi désengorger les universités d’Abidjan ou de Daloa, situées l’une comme l’autre à plus de 300 km de San Pedro, et celle de Bouaké, à plus de 480 km au nord.

Pour amortir les investissements, l’État versera un loyer à Envol Immobilier sur une période de quinze ans. Les travaux seront réalisés par le groupe chinois Weihai International Economic & Technical Cooperative (WIETC), qui a construit le nouvel aéroport de Lomé.

Formations : vers les sciences de la mer et la construction navale, le BTP, l’agriculture, les agro-­industries et les ressources halieutiques, la logistique et le tourisme

Envol Immobilier et WIETC ont déjà collaboré autour de la cité ministérielle de Diamniadio, la ville nouvelle en cours d’aménagement à 30 km de Dakar.

Afin que l’université de San Pedro soit en phase avec l’économie et le marché du travail de la région, son offre de formation s’orientera particulièrement vers les sciences de la mer et la construction navale, le BTP, l’agriculture, les agro-­industries et les ressources halieutiques, la logistique et le tourisme. Elle comprendra aussi une unité de formation et de recherche en médecine, adossée au centre hospitalo-universitaire régional.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte