Entreprises & marchés

La Belgique ne veut pas se limiter à la RDC pour faire des affaires

Didier Reynders, ministre fédéral des Affaires étrangères et européennes de la Belgique, à la tête d'une délégation de 469 chefs d’entreprise au Maroc en novembre 2018, en compagnie de la princesse Astrid © BELGA/AFP

Contrairement à certaines idées reçues, la Belgique n’a pas tiré sa prospérité du Congo, lequel, dans le même temps, ne lui aurait rien coûté non plus.

Des comptes à l’équilibre, aux moins jusqu’aux années 1960. Mais la Belgique n’était déjà plus là. Trois décennies plus tard, ses banques et ses principales entreprises désertaient la place à leur tour, au moment de la chute du président Mobutu. Elles ne sont pas revenues.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte