Dossier

Cet article est issu du dossier «Banque : Société générale mise sur l'Afrique»

Voir tout le sommaire
Banque

Société Générale : Yup, une solution pour augmenter la bancarisation

La Société Générale compte poursuivre son expansion géographique africaine. © Christophe Ena/AP/SIPA

Après une première expérience mitigée sur le créneau des services mobiles au Sénégal avec Yoban’tel à partir de 2010, Société générale (SG) est revenu en force à la mi-2017, avec le lancement de Yup.

Outre les transferts de fonds, qui désengorgent les agences, cette solution déjà disponible en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Cameroun et au Burkina Faso (312 000 comptes ouverts) permet, comme Orange Money ou MTN Money, de payer des factures (eau, électricité).

Indépendante des opérateurs, grâce à la technologie de transfert proposée par le français TagPay, dont SG est actionnaire, Yup autorise déjà des transferts internationaux entre pays de la zone Uemoa. Avec cette solution, SG veut s’appuyer sur ses grands clients pour toucher leurs salariés, leurs clients et fournisseurs. Yup va servir au paiement d’une partie de la récolte de cacao d’une multinationale en Côte d’Ivoire.


>>> À LIRE – Innovation : Société générale s’associe à Jokkolabs à Dakar


Par ailleurs, l’analyse des flux de crédit des clients Yup permettra de leur proposer des offres de prêts via la filiale Manko de Société générale, ou via son partenaire de microfinance Advans. Yup vise 1 million de clients pour 8 000 agents dans huit pays d’ici à 2020. La banque consacre environ 20 millions d’euros à cette solution et espère atteindre un seuil de rentabilité en 2020, en intégrant les économies réalisées dans le réseau d’agences.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte