Défense

Mauritanie : avec le Collège de défense, Nouakchott renforce son rôle de pivot du G5 Sahel

Un soldat malien montant la garde devant un bâtiment du G5 Sahel,à Sévaré, au Mali. © Sébastien rieussec/AFP

Avec l’ouverture du Collège de défense du G5 Sahel à Nouakchott, le pays de Mohamed Ould Abdelaziz se pose plus que jamais comme le pivot de la lutte antijihadiste dans la zone.

L’école aurait dû être purement mauritanienne. C’était même l’intention de départ. Avant que Mohamed Ould Abdelaziz décide, en 2014, de la mettre à la disposition du G5 Sahel naissant, selon un modèle comparable au Collège de défense de l’Otan, sis à Rome. Dès lors, l’ambition du président mauritanien se fait jour : faire de son pays le chef de file militaire de la force conjointe sahélienne, dont il avait voulu la création.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte