Politique

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo dit sa vérité dans un livre à paraître cette semaine

L’ancien président ivoirien et son avocat, Emmanuel Altit, à La Haye, le 28 janvier 2016. © Peter Dejong/POOL/AFP

Ce livre d'entretiens a été écrit avec le journaliste français François Mattei qui s'est rendu plus de vingt fois à la prison de la CPI depuis 2012. Laurent Gbagbo ne l'a ni vu, ni relu avant sa parution, prévue le 13 décembre.

Le secret avait été bien gardé. Libre. Pour la vérité et la justice (éd. Max Milo, 308 p.), un nouveau livre d’entretiens de Laurent Gbagbo avec le journaliste français François Mattei, sort le 13 décembre. Même les plus hauts cadres du FPI, le parti de l’ancien président, en ont été informés il y a seulement quelques jours.

Dans cette version étoffée d’un précédent ouvrage, Gbagbo revient sur des épisodes clés de l’histoire ivoirienne depuis 2000, dont sa chute, en 2011, puis son procès. Mattei est allé plus de vingt fois à la prison de la CPI depuis 2012, toujours entre 12 h 45 et 16 h 45, pour recueillir les confidences de l’ex-chef de l’État autour d’un goûter. Il s’y rendra à nouveau le 15 décembre : Gbagbo devrait alors avoir découvert le livre, qu’il n’a ni vu ni relu avant sa parution.

Le prisonnier reçoit toujours de très nombreux visiteurs, avec lesquels il partage souvent un déjeuner, que prépare Charles Blé Goudé, son coaccusé. Parmi eux, Nady Bamba, sa deuxième épouse, ses filles ou des amis, comme le professeur Albert Bourgi et Bernard Houdin (dont le Gbagbo, un homme, un destin sort le 10 janvier).

En convalescence à Paris, où il a été récemment opéré des yeux, Assoa Adou s’est rendu plusieurs fois à La Haye ces dernières semaines. Laurent Gbagbo a également pu voir Issa Malick Coulibaly, son ancien directeur de campagne (par ailleurs oncle d’Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre) et Georges Armand Ouégnin, l’ancien ministre, qui l’a informé minute par minute de l’évolution de l’état de santé de son ami Aboudramane Sangaré et lui a appris son décès.

Pour la première fois depuis 2011, l’ex-président passera le réveillon de Noël avec son fils, Michel Gbagbo, qui arrivera d’Abidjan le 19 décembre. Les deux hommes, qui ne s’étaient pas vus depuis sept ans, s’étaient retrouvés à la fin de septembre (JA no 3010).

Serein et égal à lui-même, selon ses proches, Laurent Gbagbo, qui a déposé une demande de non-lieu, attend avec confiance le délibéré des juges. S’il est libéré, il passera, comme Blé Goudé, par Bruxelles avant de regagner Abidjan. Les proches de l’ex-ministre de la Jeunesse, optimistes, se sont déjà mis en quête d’un appartement pour l’accueillir.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte