Diplomatie

Présidentielle au Sénégal : le flou persiste autour de la candidature de Karim Wade

Le candidat officiel du PDS à l’élection présidentielle de février 2019 (ici à Dakar, en 2013). © SEYLLOU/AFP

Alors que Karim Wade et les autres postulants à la présidentielle ont jusqu’au 26 décembre pour déposer leur candidature et que son entourage répète qu’il sera bientôt de retour au Sénégal, le candidat du PDS semble, lui, plus hésitant.

La semaine dernière, des rumeurs persistantes voulaient que Karim Wade soit au Maroc. Or, selon plusieurs de ses proches, le fils d’Abdoulaye Wade n’a jamais quitté Doha, au Qatar.

Alors que le temps presse (les postulants à la présidentielle ont jusqu’au 26 décembre pour déposer leur candidature devant le Conseil constitutionnel) et que son entourage ne cesse de répéter qu’il rentrera « bientôt » au Sénégal, le candidat du PDS semble, lui, plus hésitant.


>>> À LIRE – Sénégal : Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat


Le risque d’un retour en prison

Affichant une grande fermeté, les autorités assurent que, puisqu’il n’a pas réglé l’amende de 138 milliards de F CFA (210 millions d’euros) à laquelle il a été condamné, il se verrait appliquer la contrainte par corps dès son arrivée sur le territoire. Une partie du clan Wade refuse qu’il prenne le risque de retourner en prison.

S’ajoutent à ces considérations personnelles des impératifs constitutionnels : pour pouvoir se présenter à la présidentielle, il faut être exclusivement de nationalité sénégalaise (or Karim Wade n’a jamais confirmé avoir officiellement renoncé à sa nationalité française) et jouir de ses droits civils et politiques (ce qui n’est plus son cas depuis sa condamnation judiciaire).

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte