Politique

Burundi : Pierre Nkurunziza et Pierre Buyoya, une crise sur fond de tensions ethniques

© JA

Visé par un mandat d’arrêt international, Pierre Buyoya, le haut représentant de l'Union africain pour le Mali, accuse Pierre Nkurunziza, le président burundais, de raviver les tensions et les haines ethniques.

Sur les dix-sept noms qui figurent sur la liste, le sien attire tous les regards. Depuis le 30 novembre, Pierre Buyoya est visé par un mandat d’arrêt international émis par le procureur général du Burundi dans le cadre de l’enquête sur la mort d’un autre ancien président, Melchior Ndadaye, assassiné le 21 octobre 1993. La plupart des personnalités citées sont d’anciens membres de l’armée et de l’Uprona, le parti de Buyoya.

Vingt-cinq ans après les faits, Pierre Nkurunziza, l’actuel chef de l’État, semble bien décidé à rouvrir un dossier dont Buyoya craint qu’il ne « ramène le pays dans les conflits et les haines ethniques ».


>>> À LIRE – Burundi – Pierre Buyoya : « Je suis considéré comme l’ennemi numéro 1 du régime Nkurunziza »


« C’est un prétexte. L’affaire va au-delà du cas de Buyoya. Celui-ci est une cible de choix pour Nkurunziza, qui veut montrer à sa base qu’il agit pour faire la lumière sur la mort du premier président hutu démocratiquement élu », fustige Emmanuel Nkengurutse, qui fut sénateur Uprona. « Les droits de la défense et l’équité de ce procès seront garantis », répète de son côté le porte-parole du gouvernement, qui appelle à « laisser la justice faire son travail ».

La question du troisième mandat

Pendant la guerre civile qui suivit l’assassinat de Ndadaye, Pierre Buyoya et Pierre Nkurunziza appartenaient à deux camps adverses. En 2000, le CNDD-FDD de Nkurunziza, qui était à l’époque le principal mouvement de la rébellion hutue, se tint à l’écart des accords d’Arusha. Mais, en décembre 2002, les deux hommes se retrouvèrent à la table des négociations et finirent par signer un cessez-le-feu.

La paix revenue, leurs chemins se séparèrent. Devenu un parti politique l’année suivante, le CNDD-FDD participa à la présidentielle de 2005, à l’issue de laquelle Nkurunziza remporta le premier de ses trois mandats. Chef de l’État de 1987 à 1993, de retour au pouvoir en 1996 en pleine guerre civile et à la suite d’un second putsch, Buyoya décide alors d’abandonner la politique pour faire carrière dans la diplomatie. En 2008 il est médiateur du Dialogue politique inclusif en Centrafrique et, depuis octobre 2012, haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel.

Toujours très écouté dans son pays, il brigue la tête de l’OIF en 2014 et recroise la route de Nkurunziza. Le président, qui entretient le flou sur un éventuel troisième mandat (qui lui est interdit par la Constitution), soutient bec et ongles la candidature de celui qu’il qualifie de « haute personnalité » ayant « marqué l’histoire politique » du Burundi.


>>> À LIRE – Burundi : Pierre Nkurunziza entretient l’ambiguïté autour de sa candidature en 2020


« Opération de diversion »

Au sommet de Dakar, alors que Denis Sassou Nguesso, le président congolais, se bat pour faire élire l’écrivain Henri Lopes, Nkurunziza refuse de négocier le retrait de son candidat. Espérait-il ainsi faire de Buyoya un allié ? « Ce n’est pas exclu, estime Innocent Muhozi, patron de Radio-Télé Renaissance. Mais je pense que c’est moins subtil que cela et qu’il n’imaginait pas que la question d’un troisième mandat pourrait engendrer une telle crise. »

Buyoya s’est beaucoup exprimé à ce sujet ainsi que sur celui des tensions communautaires qui, depuis 2015, déchirent à nouveau le pays. Le différend des deux hommes va pourtant au-delà d’une simple rivalité de personnes. L’ancien président jouit en effet d’une influence que l’actuel chef d’État, qui ne quitte que très rarement le Burundi, semble avoir perdue. « La réouverture de ce dossier est une opération de diversion, conclut Emmanuel Nkengurutse. Elle vise à raviver une crise aux relents ethniques que Pierre Nkurunziza ne cesse d’alimenter. »

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte