Transport aérien

Aérien : South African Airways, l’épreuve de vérité pour Ramaphosa

Un Airbus de la South Africain Airways, à Pretoria, en mai 2014. © Themba Hadebe/AP/SIPA

La compagnie incarne la situation critique des entreprises publiques sud-africaines. Renflouée à hauteur de 2 milliards d’euros, South African Airways n’a pas réalisé de profit depuis 2011.

À la fin de l’apartheid, South African Airways (SAA) a porté les couleurs de la jeune et fière nation Arc-en-Ciel. Mais, dès 2015, la compagnie nationale croule sous les dettes, et l’ouverture d’une liaison avec Khartoum, cadeau du président Jacob Zuma à son homologue soudanais, menace de vider ses caisses.

Dans une note adressée au ministre des Finances, révélée cette année par une enquête pour corruption, un fonctionnaire s’insurge : « Je ne peux comprendre que la compagnie envisage de nouveau d’ouvrir une ligne déficitaire ! »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte