Justice

Justice : Air France réclame 15 millions d’euros à Air Madagascar

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 07 décembre 2018 à 14h29
Un A380-800 en décembre 2018.

Un A380-800 en décembre 2018. © CC / Wikipedia

En août, la compagnie aérienne Air Madagascar a assigné Air France devant le tribunal de commerce de Paris. Cette dernière lui réclame le règlement d’un solde de 15 millions d’euros, sur la base d’un contrat de location-vente signé en 2012.

L’affaire agite la direction d’Air France au point qu’une note a été transmise à Franck Paris, le Monsieur Afrique de l’Élysée. En août, Air Madagascar a assigné en urgence la compagnie française devant le tribunal de commerce de Paris.

Sur la base d’un contrat de location-vente signé en 2012, aux termes duquel il avait cédé deux Airbus A340 âgés de quatorze ans à « Air Mad’ », qui figurait alors sur la liste noire de l’UE, Air France réclame à la compagnie malgache le règlement d’un solde de 15 millions d’euros.

Un accord à l’amiable impossible ?

Il exige que soit respectée l’une des clauses du contrat, qui prévoit la remise à niveau des avions, dont il détient encore les titres de propriété. Air Madagascar, qui réclame ces titres, estime ne pas être lié par cette clause et ne plus devoir que 4 millions d’euros.

Pour le Canadien Ben Smith, nouveau directeur général d’Air France-KLM, qui a pris ses fonctions dans un climat tendu, difficile de faire accepter un accord à l’amiable à ses partenaires néerlandais et aux syndicats de pilotes. Les dirigeants d’Air Mad’ et ceux de son partenaire Air Austral ont rencontré leurs avocats du cabinet Orrick le 29 novembre, à Paris. Deux audiences sont prévues, le 12 décembre et le 30 janvier.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte