Sécurité

Mali : retour sur l’opération de Barkhane qui a permis de « neutraliser » Amadou Koufa

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 03 décembre 2018 à 13h14
La force Barkhane en action (ici à Kidal, en août).

La force Barkhane en action (ici à Kidal, en août). © Hans Lucas

Amadou Koufa, l’un des principaux chefs jihadistes au Mali, a été « neutralisé » dans la nuit du 22 au 23 novembre. L’opération a été menée après plus de six mois d’un travail « sans relâche » des services français.

L’opération de la force Barkhane qui a permis de neutraliser Amadou Koufa, l’un des principaux chefs jihadistes au Mali, et une trentaine de ses hommes de la katiba Macina, dans la nuit du 22 au 23 novembre, entre Mopti et Nampala, est le fruit d’un long travail des services français.

Tout a commencé dans le centre du pays il y a plus de six mois. L’ensemble des moyens de la DGSE et de la Direction du renseignement militaire (DRM) ont été mobilisés, afin d’intercepter des échanges téléphoniques, d’obtenir des images aériennes et de recueillir du renseignement humain (notamment grâce à l’appui des services maliens).


>>> À LIRE – Mali : Amadou Koufa, le visage peul d’Al-Qaïda


Selon nos sources, une équipe a travaillé sur ce dossier « sans relâche » jusqu’à l’élimination de Koufa. Ce dernier aurait commis « plusieurs erreurs », qui ont permis aux Français d’acquérir la certitude qu’il participerait, le 22 novembre, à u ne réunion de ses combattants, sans civils à proximité.

Sur ordre du général Frédéric Blachon, commandant de la force Barkhane, une opération complexe, mêlant moyens aériens et forces spéciales au sol, a alors été montée en quelques heures.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte