Politique

Afrique du Sud : Nkosazana Dlamini-Zuma, l’art du rebond

Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la Commission de l'UA et ministre de la Planification de Cyril Ramaphosa © Popow/ullstein bild via Getty Images

Lors du dernier sommet extraordinaire de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la Commission et ministre de la Planification de Cyril Ramaphosa, est restée à Addis-Abeba après le départ du chef de l’État pour représenter son pays.

Au siège de l’UA, lors du sommet extraordinaire des 17 et 18 novembre, on ne savait plus très bien en quelle qualité Nkosazana Dlamini-Zuma avait été conviée. Était-ce en tant qu’ancienne présidente de la Commission, ou en tant que ministre de la Planification de Cyril Ramaphosa, qu’elle accompagnait à cette occasion ? Quoi qu’il en soit, beaucoup se pressaient autour de l’Africa Hall pour saluer cette habituée de la maison.

La confiance de Ramaphosa

Signe que Ramaphosa lui fait confiance (elle avait tenté il y a moins d’un an de lui disputer la présidence de l’Afrique du Sud), Dlamini-Zuma est restée à Addis-Abeba après le départ du chef de l’État pour représenter son pays.

Une nouvelle preuve, aussi, de sa faculté à rebondir en toutes circonstances. À 69 ans, elle est la seule (avec Jeff Radebe, son collègue à l’Énergie) à avoir été ministre sous les cinq présidents de l’Afrique du Sud postapartheid, de Mandela à Ramaphosa.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte