Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : 2019, l’année de tous les enjeux»

Voir tout le sommaire
Vie des partis

Tunisie : l’embouteillage des partis politiques positionnés au centre

Pendant l'élection présidentielle, en décembre 2014, à Tunis, en Tunisie. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Sur les 215 formations politiques tunisiennes, la plupart se positionnent au centre, avec une ligne qui varie peu.

Sur l’échiquier politique, qui compte 215 formations, la plupart des partis se positionnent au centre : Machrou Tounes (de Mohsen Marzouk), Al-Moubadara (de Kamel Morjane), Albadil Ettounsi (de Mehdi Jomaa), Afek Tounes (de Yassine Brahim), etc. Leur ligne varie peu, et l’électorat qu’ils ciblent encore moins. Ce qui explique que, depuis 2011, les uns fusionnent avec les autres, se séparent ou se coalisent, que certains de leurs cadres passent de l’un à l’autre…

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte