Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : 2019, l’année de tous les enjeux»

Voir tout le sommaire
Société

Tunisie : des vacances sur ordonnance

Salle de cathétérisme à la clinique Amen du quartier de Mutuelleville, à Tunis. © Nicolas Fauqué/www.imagesdetunisie.com

Deuxième destination du continent en matière de tourisme médical, le pays accueille de nombreux patients maghrébins et subsahariens. Et pas seulement pour des opérations de chirurgie esthétique.

Anne lâche sa valise sur le carrelage. Poignées de main, tutoiements, accolades… Elle arrive tout juste du Gabon, mais connaît déjà le personnel de cette résidence du quartier Ennasr, à Tunis. C’est la troisième fois qu’elle s’adresse à la société Service médical international (Smedi). Elle a en effet déjà accompagné sa mère puis sa sœur dans cette même résidence, où elles ont effectué leur convalescence après avoir été opérées dans des cliniques tunisoises.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte