Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : 2019, l’année de tous les enjeux»

Voir tout le sommaire
Politique économique

Tunisie : des indicateurs économiques dans le rouge

Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien, devant l'Assemblée des représentants du peuple. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Six ans après la demande du patronat d'instaurer un état d’urgence économique en Tunisie, les indicateurs sont au rouge.

Le patronat demandait en vain, depuis 2012, l’instauration d’un état d’urgence économique. Six ans plus tard, les indicateurs sont au rouge, et les activités d’autant plus difficiles à relancer que les handicaps sont lourds : le secteur informel représente plus de 70 % du PIB, le tissu industriel se disloque, la corruption semble hors de contrôle et le pays est inscrit sur les listes grises du Groupe d’action financière, au titre de paradis fiscal, et de l’UE, en raison de son exposition au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte