Politique

Louise Mushikiwabo veut servir l’Afrique à l’OIF, la nomination de Mouakher laisse les députés tunisiens perplexes…

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 17:24

Secrets de Palais

La nouvelle secrétaire générale de l’OIF a affirmé vouloir prioritairement continuer à servir l’Afrique, les députés tunisiens sont perplexes suite à la nomination du nouveau secrétaire général du gouvernement… Chaque semaine, Jeune Afrique vous dévoile les coulisses du pouvoir. Plongée dans les secrets des chefs d’État et de leur premier cercle.

• Francophonie : « Sœur africaine »

Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères et porte-parole du gouvernement de Paul Kagame

Bruno Levy pour JA

Louise Mushikiwabo a été élue à la tête de l’OIF, mais elle veut prioritairement continuer à servir l’Afrique. Elle l’a promis en marge du sommet extraordinaire de l’UA, le 18 novembre à Addis-Abeba, à l’occasion d’un déjeuner que Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union, a donné en son honneur.

« Je reste et demeure votre sœur africaine avant tout », a-t-elle déclaré, aux côtés de son époux, qui est américain. « Je serai ambassadeur plénipotentiaire de l’Afrique », a-t-elle poursuivi devant un parterre de personnalités, parmi lesquelles figurait Paul Kagame.


>>> À LIRE – [Tribune] Kiswahili, anglais, français, lingala… Do you speak rwandais ?


• Tunisie : Pourquoi Mouakher ?

Riadh Mouakher a été nommé secrétaire général du gouvernement par Youssef Chahed.

Montage / République tunisienne / Ons Abid pour JA

Le 19 novembre, Youssef Chahed a nommé Riadh Mouakher secrétaire général du gouvernement. Une nomination qui laisse les députés perplexes.

Ils estiment en effet que ce médecin anesthésiste a été récompensé pour sa fidélité au chef du gouvernement, mais qu’il ne maîtrise pas suffisamment les rouages de l’État pour occuper ce poste sensible, où tous les marchés publics sont passés au crible. Le Parlement débattra de cette question lors de la plénière portant sur la loi de finances 2019.


>>> À LIRE – Tunisie : Riadh Mouakher, encore plus près de Youssef Chahed