Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, l'ambigu»

Voir tout le sommaire
Politique

Côte d’Ivoire : Soro, toujours sur le qui-vive

En 2007, son Fokker 100 avait été visé par des tirs sur le tarmac de Bouaké. © KAMBOU SIA/AFP

Plus que jamais persuadé que sa vie est en danger, Guillaume Soro a révisé ses habitudes.

Il évite désormais de dîner à l’extérieur de chez lui, redoutant des tentatives d’empoisonnement. Lui qui ne se déplace qu’en convoi de 4×4 blindés et entouré d’hommes lourdement armés a également revu la composition de sa garde rapprochée. Elle est désormais composée exclusivement d’hommes de la Garde républicaine originaire de Bouaké, la capitale de l’ancienne rébellion, en lesquels l’ancien chef des Forces nouvelles a toute confiance. Son entourage affirme en effet qu’il y a six mois un soldat avait été missionné pour infiltrer son dispositif et l’éliminer.
Soro est devenu très vigilant après qu’en 2003 il a été encerclé par plusieurs centaines de militants des Jeunes Patriotes à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) et surtout qu’en 2007 il a survécu au crash de son Fokker 100, visé par des tirs alors qu’il atterrissait à Bouaké. L’attaque avait fait quatre morts. Depuis, l’ancien rebelle se considère comme un miraculé.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte