Télécoms
A man looks at his mobile at the end of a strike of MTN workers outside the company’s headquarters in Johannesburg May 20, 2015. About 2,000 workers at MTN Group went on strike on Wednesday demanding higher pay, union leaders said, threatening a prolonged walkout at South Africa’s second-biggest telecoms firm by subscribers. Zodwa Kubeka, spokeswoman for the Communication Workers Union (CWU), said its members at MTN want a 10 percent pay rise and higher allowances for work done over weekends and holidays. REUTERS/Siphiwe Sibeko – GF10000101389

Cet article est issu du dossier

Télécoms : quel avenir pour MTN ?

Voir tout le sommaire
Économie

Télécoms : le dilemme iranien d’MTN

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 novembre 2018 à 15:12

Le pays qui compte 43 millions d’abonnées est le talon d’achille du groupe au Moyen Orient. © Photo de Hassan Ouazzani pour Jeune Afrique.

Avec le retour au début d’août des sanctions américaines à l’encontre de l’Iran, du fait du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire, Téhéran est devenu le talon d’Achille de MTN au Moyen-Orient.

Le groupe sud-africain est le gestionnaire et actionnaire à 49 % d’Irancell, qui comptait à la fin de 2017 pas moins de 43 millions d’abonnés, ce qui fait du pays son deuxième marché après le Nigeria. Rob Shuter imaginait là-bas un avenir radieux, avec un plan d’investissement de 657 millions d’euros annoncé au début de 2018, destiné à faire de la filiale le principal fournisseur d’internet à haut débit dans les grandes villes iraniennes.

L’annonce américaine a entraîné quasi immédiatement le gel complet de ces ambitions : les sanctions voulues par Donald Trump vont empêcher MTN de rapatrier les bénéfices réalisés par sa filiale iranienne, soit quelque 208 millions d’euros en jeu sur l’année 2018.

Orage diplomatique

Un retrait du pays, complexe à mettre en œuvre au vu de cette conjoncture délicate pour un repreneur, ne semble toutefois pas à l’ordre du jour. MTN compte faire le gros dos et limiter ses investissements chez Irancell, en attendant que l’orage diplomatique passe.