Dossier

Cet article est issu du dossier «Transport maritime : les terminaux africains dans une nouvelle ère»

Voir tout le sommaire
Transport maritime

Bolloré développe la logistique pour décongestionner les ports

A gantry crane lifts a shipping container dockside at the container terminal, operated by a consortium of China Harbour Engineering Co. (CHEC), Bollore SA, and CMA CGM S.A, at the Port of Kribi, Cameroon, on Wednesday, Aug. 1, 2018. Since the initial agreement to build the port at Kribi was signed in 2009, 10 Chinese firms, including CHEC and its holding company, China Communications Construction Co., have obtained concessions to mine bauxite, iron ore and other minerals. Photographer: Adrienne Surprenant/Bloomberg via Getty Images © Bloomberg via Getty Images

Le groupe français a mis en place en début d'année une offre de barges sur la lagune de Lagos, afin de décongestionner son terminal. La méthode s'avérant payante, il cherche désormais à la dupliquer, notamment à Abidjan, où la problématique est similaire.

Alors que le projet de Badagry, au Nigeria, terminal censé être développé par APMT, est, semble-t-il, mort-né et que CMA Terminals, filiale de CMA CGM, prévoit d’exploiter le port à construire à Lekki en 2020, Lagos reste une priorité pour Bolloré Ports. Le groupe, associé à China Merchants pour gérer Tincan, l’un des deux terminaux de Lagos, est en discussion avec l’État nigérian pour reconstruire le quai et l’équiper de portiques.

Mais le français essaye aussi de sortir de la congestion et a mis en place, en début d’année, une offre de barges sur la lagune qui a pris beaucoup d’ampleur depuis quelques semaines. Un conteneur sort du terminal par barge et est déchargé en périphérie de la zone portuaire avec des grues mobiles. Bolloré, qui loue le matériel, songe à investir en propre et à dupliquer ce modèle à Abidjan, où le contexte est le même : congestion et lagune !

Bolloré veut sortir de la zone portuaire et étendre ses capacités logistiques dans les corridors. À Dakar, un port sec, à Diamniadio, sur la route du Mali, a été mis en fonction l’an passé. Et, vers le nord d’Abidjan, le groupe finalise l’achat d’un terrain au PK28, un secteur où foisonnent les projets turcs, chinois, libanais…

Fermer

Je me connecte