Diplomatie

Égypte : les personnalités « Afrique » du Caire

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 17h24
Mohammed Chaker, ministre égyptien de l’Électricité, avec al-Sissi.

Mohammed Chaker, ministre égyptien de l'Électricité, avec al-Sissi. © REUTERS

Dans l’entourage d’Abdel Fattah al-Sissi, trois personnalités sont centrales lorsqu’il est question des dossiers « Afrique » : les ministres Mohamed Chaker et Sahar Nasser et Mohamed Salem, le PDG de Silicon Industries Corporation.

Deux politiques et un patron. Au gouvernement, Mohamed Chaker  et Sahar Nasser sont chargés de dossiers continentaux cruciaux.

Mohamed Shaker,  en charge du ministère de l’Électricité et des Énergies renouvelables.

Mohamed Shaker, en charge du ministère de l’Électricité et des Énergies renouvelables. © Amr Abdallah Dalsh/REUTERS

Le premier, à la tête du ministère de l’Électricité et des Énergies renouvelables, cherche notamment à renforcer la coopération avec le Soudan pour faire de l’Égypte l’axe principal de l’interconnexion électrique entre l’Europe, les pays arabes et l’Afrique. Il fut l’un des rares ministres à conserver son portefeuille lors du remaniement de juin 2018.

SAHAR NASR - Investment and International Cooperation Minister Sahar Nasr talks during an interview with Reuters in Cairo, Egypt June 21, 2017. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh - RC16684D6B10....

SAHAR NASR – Investment and International Cooperation Minister Sahar Nasr talks during an interview with Reuters in Cairo, Egypt June 21, 2017. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh – RC16684D6B10…. © Amr Abdallah Dalsh/REUTERS

Sahar Nasser, elle, est chargée depuis l’an dernier de l’Investissement et de la Coopération internationale. Cette économiste passée par la Banque mondiale a été la première Africaine à intégrer, en 2017, le Conseil consultatif du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). C’est sous sa houlette que s’organise la conférence de Charm el-Cheikh, destinée à encourager les investissements en Afrique.


>>> A LIRE – [Classement] Quand la Banque mondiale évalue les politiques et les institutions des pays africains


Mohamed Salem, PDG de Silicon Industries Corporation.

Mohamed Salem, PDG de Silicon Industries Corporation. © Mohamed Abd El Ghany/REUTERS

Mohamed Salem, le PDG de Silicon Industries Corporation, a lancé en octobre sur le marché africain le smartphone égyptien Nile X. Vendu entre 50 et 60 dollars, fabriqué à 60 % en Égypte, le produit vise les clients à faibles revenus au Maroc, en République démocratique du Congo, au Nigeria, au Ghana, au Mozambique et au Kenya. La société, détenue à 20 % par l’État, est au cœur de la stratégie commerciale égyptienne sur le continent.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer