Dossier

Cet article est issu du dossier «Télécoms : quel avenir pour MTN ?»

Voir tout le sommaire
Télécoms

Nigéria : l’État de Kogi met la pression sur les opérateurs

Des personnes achètent des accesoires MTN dans la rue à Lagos au Nigéria, le 5 novembre 2015. © AP Photo/Sunday Alamba)/XSA103/63475086282/1511051728

Au Nigeria, les déconvenues se poursuivent pour le secteur des télécoms. Cette fois, c’est l’État de Kogi, au sud d’Abuja, qui provoque la panique en privant d’énergie 150 tours de télécoms en raison de différends avec les opérateurs sur les taxes et contributions à payer.

Les tours concernées appartiennent à MTN, Globacom, Airtel, 9Mobile et Ntel. L’information a été révélée le 19 novembre par Gbenga Adebayo, président de l’Association des opérateurs télécoms (Alton). La décision de Kogi pourrait affecter la qualité des communications dans une dizaine d’États avoisinants, dont celui de la capitale fédérale.


>> A LIRE – Nigeria : un redressement fiscal de 2 milliards de dollars pour MTN


Des mesures similaires avaient déjà été prises par certains États en 2016 et en 2017, poussant les opérateurs à demander le classement de leur réseau en infrastructure critique. Ce statut ne leur a pas été accordé, mais un mémorandum a été signé en ce sens en juillet entre le régulateur et les opérateurs.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte