Télécoms
A man looks at his mobile at the end of a strike of MTN workers outside the company’s headquarters in Johannesburg May 20, 2015. About 2,000 workers at MTN Group went on strike on Wednesday demanding higher pay, union leaders said, threatening a prolonged walkout at South Africa’s second-biggest telecoms firm by subscribers. Zodwa Kubeka, spokeswoman for the Communication Workers Union (CWU), said its members at MTN want a 10 percent pay rise and higher allowances for work done over weekends and holidays. REUTERS/Siphiwe Sibeko – GF10000101389

Cet article est issu du dossier

Télécoms : quel avenir pour MTN ?

Voir tout le sommaire
Économie

Nigéria : l’État de Kogi met la pression sur les opérateurs

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 30 novembre 2018 à 15:02

Des personnes achètent des accesoires MTN dans la rue à Lagos au Nigéria, le 5 novembre 2015.

Au Nigeria, les déconvenues se poursuivent pour le secteur des télécoms. Cette fois, c’est l’État de Kogi, au sud d’Abuja, qui provoque la panique en privant d’énergie 150 tours de télécoms en raison de différends avec les opérateurs sur les taxes et contributions à payer.

Les tours concernées appartiennent à MTN, Globacom, Airtel, 9Mobile et Ntel. L’information a été révélée le 19 novembre par Gbenga Adebayo, président de l’Association des opérateurs télécoms (Alton). La décision de Kogi pourrait affecter la qualité des communications dans une dizaine d’États avoisinants, dont celui de la capitale fédérale.


>> A LIRE – Nigeria : un redressement fiscal de 2 milliards de dollars pour MTN


Des mesures similaires avaient déjà été prises par certains États en 2016 et en 2017, poussant les opérateurs à demander le classement de leur réseau en infrastructure critique. Ce statut ne leur a pas été accordé, mais un mémorandum a été signé en ce sens en juillet entre le régulateur et les opérateurs.