Dossier

Cet article est issu du dossier «Télécoms : quel avenir pour MTN ?»

Voir tout le sommaire
Télécoms

Télécoms : comment MTN veut contourner l’écueil nigérian

Le chiffre d’affaires de l’opérateur a atteint 8,9 milliards d’euros en 2017. © Bloomberg via Getty Images

Frappé par de nouvelles sanctions, le géant sud-africain ne veut pas plier face aux demandes d’Abuja et prépare sa future croissance. Il envisage la vente de certaines filiales et se concentre sur le développement d’internet et des services en ligne.

« Continuez à travailler, le Nigeria ne doit pas nous empêcher d’avancer ! » C’est en ces termes que Rob Shuter, patron du géant sud-­africain des télécoms MTN, communique en interne depuis plusieurs semaines avec ses managers dans ses 21 filiales en Afrique et au Moyen-Orient. Après avoir payé une amende de 1,6 milliard d’euros (pour non-déconnexion de 5,2 millions de lignes aux utilisateurs non identifiés), qui a pesé lourdement sur ses résultats de 2016 et de 2017, l’opérateur aux 225 millions de clients se retrouve de nouveau sur la sellette dans son plus gros marché (27 % de son chiffre d’affaires global).

En août, la Banque centrale nigériane lui a reproché d’avoir illégalement sorti du pays 7 milliards d’euros sur une dizaine d’années. Puis, en septembre, le procureur général du pays a estimé que MTN n’avait pas payé 1,7 milliard de taxes et droits de douane.

Immédiatement,

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte