Diplomatie

Libye – Ghassan Salamé : « On n’organise pas d’élections sous le feu des canons »

Ghassan Salamé le 13 novembre, dans les couloirs de la Villa Igeia, à Palerme, en Italie. © Francesco Bellina/Cesura pour Jeune Afrique

Dans la foulée de la conférence de Palerme, l’émissaire onusien pour la Libye fait le point sur sa mission. Entre avancées sécuritaires et flou institutionnel, Ghassan Salamé veut croire en de réels progrès.

Jeune Afrique : Vous êtes chargé du dossier libyen à l’ONU depuis un an et demi. Quel bilan tirez-vous ?

Ghassan Salamé : Première avancée : nous avons ramené la mission de l’ONU à Tripoli ! Et j’espère que nous ouvrirons bientôt une section à Benghazi. Vous n’imaginez pas les complications que cela a causées, mais c’était important de le faire. Sans cela, notre impact sur le terrain aurait été extrêmement limité. Nous avons ensuite commencé à mettre en place le plan d’action que le Conseil de sécurité de l’ONU a accepté à l’automne 2017. Chaque élément a connu un début d’exécution. Tous n’en sont pas au même stade : certains sont à 20 %, d’autres à 40 %.

La sécurité par exemple ?

À Tripoli, la situation a récemment connu des développements positifs. Non seulement nous avons négocié avec succès le cessez-le-feu, mais nous avons également réussi à convaincre les autorités de mettre en place un vrai plan de sécurité, conçu pour la première fois par des officiers de police professionnels. Nous avons aussi contribué à la mise en place d’un centre d’opérations chargé de surveiller le respect de ce cessez-le-feu.

Enfin, le nouveau ministre de l’Intérieur, Fathi Bashagha [qui a remplacé Abdessalam Achour], s’est engagé à appliquer le plan de sécurité pour le grand Tripoli. Nous sortons de cette phase où les trêves étaient constamment rompues par les groupes armés. Nous sommes passés à une logique d’État. Aurons-nous des résultats en deux jours ? Certainement pas. Mais la nouvelle voie est bien tracée.

Si le système antérieur a pu perdurer pendant sept ans, c’est qu’il profitait à certains. Et ceux-ci vont essayer de saboter le nouvel arrangement fondé sur l’idée d’État

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte