Diplomatie

Afrique-France : Paul Kagame, Denis Sassou Nguesso, IBK, Macky Sall… l’agenda chargé des dirigeants africains à Paris

Dominique et Alassane Ouattara, Hinda et Idriss Déby Itno, Antoinette et Denis Sassou Nguesso, à Paris, le 11 novembre.

Dominique et Alassane Ouattara, Hinda et Idriss Déby Itno, Antoinette et Denis Sassou Nguesso, à Paris, le 11 novembre. © Ludovic MARIN/POOL/AFP

À l’invitation d’Emmanuel Macron, plus de vingt chefs d’État et de gouvernement africains ont pris part aux cérémonies du centenaire de l’armistice, le 11 novembre. Outre les prises de paroles publiques, les dirigeants africains ont surtout profité de l’occasion pour multiplier les rendez-vous.

Plusieurs d’entre eux se sont ensuite exprimés lors du Forum de Paris sur la Paix. Ibrahim Boubacar Keïta est intervenu sur le thème de la sécurité et Denis Sassou Nguesso sur celui du climat. Macky Sall s’est livré à un vibrant plaidoyer en faveur de l’adoption rapide du Pacte mondial pour l’environnement, aux côtés de Laurent Fabius, l’ex-ministre français des Affaires étrangères, qui préside le groupe d’experts chargés de la promotion de ce pacte.

Rendez-vous parisiens

Les dirigeants africains ont surtout profité de leur présence à Paris pour multiplier les rendez-vous. Le 10 novembre, Paul Kagame s’est entretenu en tête à tête avec Faustin-Archange Touadéra et avec Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’UA.

Le 12, Denis Sassou Nguesso a présidé une conférence aux Invalides à l’occasion de la sortie d’un livre sur les tirailleurs congolais, à laquelle ont participé Touadéra et quatre anciens ministres français : Yamina Benguigui, Michel Roussin, Charles Millon et Pierre-André Wiltzer. Le chef de l’État congolais a également reçu la députée européenne Rachida Dati et Patrick Pouyanné, le PDG de Total.

Paul Biya et Faure Gnassingbé « oubliés »

Le même soir, Alpha Condé a organisé un dîner auquel s’est joint Jean-Pierre Bemba, le chef du Mouvement de libération du Congo. Le président guinéen s’est par ailleurs entretenu avec Ségolène Royal, l’ex-ministre française de l’Environnement, et avec François Hollande.

L’organisation de cette commémoration a connu des couacs. Contrairement à ses voisins francophones (Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina, Niger…), le Togo n’a pas été invité, ce qui a suscité son « étonnement ». Autre fausse note : Paul Biya, qui aurait pourtant aimé être de la partie, a également été « oublié ».

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte