Politique

Tunisie : pas de salaire pour les rabbins

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Haïm Bittan, le grand rabbin de Tunisie.

Haïm Bittan, le grand rabbin de Tunisie. © Ons Abid

Depuis bientôt un an, le grand rabbin de Tunisie ne perçoit plus aucun salaire de la part de l’État tunisien, contrairement à ce que la Constitution garantit.

L’appartenance à la communauté juive de René Trabelsi, le nouveau ministre du Tourisme, a attiré sur lui tous les regards.


>>> À LIRE – Tunisie : la nomination d’un ministre juif, René Trabelsi, suscite fantasmes et polémiques


Vide juridique

Pourtant, depuis près d’un an, Haïm Bittan, grand rabbin de Tunisie depuis 2004, ne reçoit plus de salaire de l’État, alors que ce dernier doit rémunérer les représentants des différentes religions et que la liberté de culte est inscrite dans la Constitution.

Cause de cet oubli : la loi portant statut desdits représentants cite les imams, mais pas les rabbins

Cause de cet « oubli » : la loi portant statut desdits représentants cite les imams, mais pas les rabbins. Un vide juridique que seuls les députés peuvent combler en amendant ce texte.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer