Politique

RDC : Emmanuel Ramazani Shadary cherche des alliés en Namibie

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 21 novembre 2018 à 18h47
Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila, candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018 en RDC.

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila, candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018 en RDC. © DR

Le dauphin de Joseph Kabila, candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre en RDC, a été reçu par Hage Geingob, chef de l’État namibien et président en exercice de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), le 14 novembre à Windhoek.

Emmanuel Ramazani Shadary (ERS), le dauphin de Joseph Kabila, a quitté Kinshasa le 13 novembre pour Windhoek. Officiellement, la Swapo (parti au pouvoir en Namibie) l’avait convié en sa qualité de secrétaire permanent du PPRD (parti présidentiel congolais).

La question des sanctions de l’UE

Mais difficile de faire abstraction de son statut de candidat à la présidentielle du 23 décembre, d’autant qu’il était accompagné de sa cellule de campagne chargée de la diplomatie, conduite par son rapporteur, le sénateur Jean-Claude Mokeni.

Le 14 novembre, Hage Geingob, le chef de l’État namibien, par ailleurs président en exercice de la SADC, a reçu Ramazani pendant plus de une heure. Parmi les sujets évoqués, le souhait de Kinshasa de voir cette organisation régionale dénoncer les sanctions de l’UE qui frappent certains dignitaires du régime, dont ERS.

Interdit de voyager en Europe, ce dernier envisage de se rendre dans d’autres pays de la SADC pour plaider sa cause.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte