Justice

Affaire Karim Wade : le marathon judiciaire de Bibo Bourgi se poursuit

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
La cour de justice de Dakar au Sénégal.

La cour de justice de Dakar au Sénégal. © Mehdi Ba pour JA

Le recours qu’Ibrahim Aboukhalil, alias Bibo Bourgi, a déposé devant une instance arbitrale internationale concernant le gel de près d’une trentaine de comptes bancaires à Monaco, dont il est l’un des ayants droit, est toujours pendant.

Son amitié ancienne avec Karim Wade lui aura coûté cher. Depuis que la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) l’a condamné à cinq ans de prison en mars 2015, Ibrahim Aboukhalil, alias Bibo Bourgi, a vu s’effondrer un empire patiemment bâti. Au Sénégal, ses biens personnels et les sociétés lui appartenant ont été saisis.


>>> À LIRE – Sénégal : Karim Wade, Bibo Bourgi et le magot de Monaco


Comptes bancaires gelés

Héritier d’une famille fortunée d’origine libanaise, Bibo Bourgi n’a plus remis les pieds à Dakar depuis la grâce présidentielle dont il a bénéficié en juin 2016. Atteint d’une lourde pathologie cardiaque que sa brève incarcération et sa longue assignation à résidence au Sénégal ont aggravée, il est désormais suivi à Paris par un service spécialisé.

Son marathon judiciaire n’est en revanche pas terminé. Près d’une trentaine de comptes bancaires à Monaco, dont il est l’un des ayants droit, sont encore gelés dans l’attente d’une décision de justice. Et le recours qu’il a déposé devant une instance arbitrale internationale est toujours pendant.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer