Politique

Guinée-équatoriale : la justice française déboute Obiang Nguema face à l’opposant Abeso Ndong

Teodoro Obiang Nguema, en juin 2011 lors d'une visite en Russie (archives).

Teodoro Obiang Nguema, en juin 2011 lors d'une visite en Russie (archives). © Mikhail Metzel/AP/SIPA

Le président équato-guinéen a perdu son procès en diffamation contre l’opposant Salomon Abeso Ndong qui l’a accusé d’avoir remis de l’argent à Michel Djotodia et Noureddine Adam dans le but de déstabiliser la Centrafrique.

Dans un jugement rendu public le 3 octobre (voir ci-dessous), le tribunal de grande instance de Paris a condamné Teodoro Obiang Nguema Mbasogo à verser 5 000 euros à Salomon Abeso Ndong.

Défendu par Emmanuel Marsigny, le président équato-guinéen avait attaqué l’opposant en diffamation après que celui-ci l’eut accusé – dans un texte intitulé « Obiang finance un coup d’État en Centrafrique déjoué par l’ONU et l’UA » publié sur un blog hébergé par le site Mediapart le 12 avril dernier -, d’avoir donné 2 millions de dollars à Michel Djotodia, l’éphémère président de la Centrafrique, et 1 million de dollars au chef rebelle Noureddine Adam (ex-Séléka), dans le but de déstabiliser Bangui.


>>> À LIRE – Guinée équatoriale : deux opposants livrés à Malabo par les autorités togolaises


Le président équato-guinéen s’estimait « atteint dans son honneur » par un texte l’accusant notamment d’avoir « commis un crime de guerre par le financement de mercenaires pour réaliser un coup d’État en Centrafrique » et d’avoir « commandité la perpétration de crimes à l’encontre de ses opposants politiques ».

« Bonne foi »

Lors de l’audience sur ce dossier devant la 17ème chambre du TGI de Paris, le 20 juin, l’accusation demandait 500 000 euros de dommages et intérêts. Mais le procureur a estimé que l’auteur, que représentait Me Jean-Pierre Spitzer, devait « bénéficier de l’excuse de bonne foi ».

Le tribunal, présidé par le juge Thomas Rondeau, l’a suivi, considérant que « les propos poursuivis sont diffamatoires », mais jugeant que « Salomon Abeso Ndong doit bénéficier de l’excuse de bonne foi ». Le président équato-guinéen a donc été débouté de ses demandes et condamné à verser 5 000 euros à l’opposant destiné à couvrir ses frais de justice.

Jugement du TGI (17eme Chambre) dans l’affaire Obiang contre Salomon Abeso by jeuneafrique on Scribd

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte