Politique

Santé d’Ali Bongo Ondimba : que savent les autres chefs d’État ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h44
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba au sommet Union africaine-Union européenne le 29 novembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba au sommet Union africaine-Union européenne le 29 novembre 2017 à Abidjan, en Côte d'Ivoire. © Diomande Ble Blonde/AP/SIPA

Si les chefs d’État africains présents au Forum de Paris sur la paix se sont tournés vers le Maroc ou l’Arabie saoudite pour obtenir des informations sur la santé du président gabonais Ali Bongo Ondimba, aucun ne paraissait en avoir de solides.

Au Forum de Paris sur la paix, qui s’est tenu les 11, 12 et 13 novembre, les discussions entre Emmanuel Macron et les chefs d’État du continent présents ont bien souvent porté sur la santé de leur homologue gabonais.


>>> À LIRE – « Préoccupée » par la situation au Gabon, l’UA va dépêcher une mission d’information à Libreville


Preuve du verrouillage communicationnel opéré depuis Riyad, aucun ne paraissait avoir d’informations solides, malgré le fait que les uns et les autres se soient tournés vers le Maroc ou l’Arabie saoudite pour en obtenir.

Deux tendances

Deux tendances se dessinaient néanmoins : dans le camp des ultrapessimistes, l’un des présidents subsahariens présents estimait son homologue « irrécupérable » et tentait d’en convaincre ses interlocuteurs.

D’autres, plus mesurés, affirmaient que le problème était « sérieux », mais que le pire était passé. Dans les rues de Libreville comme dans le huis clos des palais, les interrogations sont finalement parfois les mêmes.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer