Politique

RDC : comment l’opposition a sabordé l’accord de Genève pour un candidat commun

Martin Fayulu au téléphone après sa nomination comme candidat commun des ténors de l'opposition. © FABRICE COFFRINI/AFP

Conclu le 11 novembre, l’accord autour d’une candidature unique pour la présidentielle du 23 décembre aura tenu moins de vingt-quatre heures. Retour sur un fiasco.

  • Vendredi

Ce 9 novembre au matin, l’atmosphère est inhabituellement tendue aux abords de l’hôtel Warwick, près de la gare de Genève. C’est ici que la fondation Kofi Annan a invité les sept principaux leaders de l’opposition congolaise à venir discuter pour désigner un candidat commun en vue de la présidentielle du 23 décembre. Parmi eux, l’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba et l’ex-Premier ministre Adolphe Muzito, tous trois écartés du scrutin. Et les quatre opposants encore en lice : Martin Fayulu, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu et Félix Tshisekedi.

Les voilà qui arrivent, par vagues successives, sur les bords du lac Léman. En guise de comité d’accueil, des « combattants » de la diaspora congolaise, favorables à Félix Tshisekedi, ont pris place devant l’établissement. Vital Kamerhe reçoit des insultes. Il en est quelque peu choqué. Les deux hommes sont les grands favoris du scrutin à venir, avec un avantage pour Tshisekedi, donné largement en tête par un récent sondage de l’institut congolais Berci et du Congo Research Group (CRG) de l’Université de New York.

Un point fait déjà l’objet de divergences : faut-il boycotter les élections si le pouvoir ne cède pas aux revendications sur la transparence du scrutin ?

À l’intérieur de l’hôtel, les discussions débutent sur les aspects les moins épineux : état du pays, stratégie pour y remédier… Un point fait toutefois déjà l’objet de divergences : faut-il boycotter les élections si le pouvoir ne cède pas aux revendications sur la transparence du scrutin ?

Tirage au sort rejeté

Voici des mois qu’elle accuse la commission électorale d’œuvrer à la victoire du candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary. Des mois qu’elle demande que les noms de 6 millions d’électeurs, inscrits sans recueil des données biométriques, soient barrés des listes électorales et que la fameuse machine à voter soit abandonnée. Félix Tshisekedi semble prêt à aller aux élections coûte que coûte alors que ses partenaires ont pour priorité l’obtention de concessions.

Les tractations pour la désignation d’un candidat commun commencent. Les quatre leaders encore en lice s’entretiennent avec Alan Doss, le président de la fondation Annan et, à ce titre, facilitateur des discussions. Ce Gallois connaît bien la politique congolaise et ses acteurs. De 2007 à 2010, il a été le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RD Congo.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte