Dossier

Cet article est issu du dossier «Banques de développement : retour en grâce sous conditions»

Voir tout le sommaire
Banque de développement

Retour en grâce sous conditions

Devenue opérationnelle en 1976, la BOAD est la banque de développement commune aux 8 États de l'Union économique et monétaire ouest-africaine. © DR

Conçues pour parer les défaillances des marchés, mais souvent critiquées pour leur mauvaise gestion, les banques de développement voient leur cote remonter depuis la crise de 2008. Le défi du développement durable leur offre un nouveau terrain d’expression.

D’aucuns leur avaient déjà dit : adieu et bon débarras ! Omniprésentes après les indépendances, les banques publiques ont subi de plein fouet les crises des années 1980 et 1990, lestées de créances douteuses, soupçonnées de financer les affidés des pouvoirs en place, ou jugées simplement dysfonctionnelles. « Parmi celles qui ont survécu, beaucoup ont été transformées en banques commerciales classiques. Les autres sont aujourd’hui généralement dans une situation peu enviable », constate Paul Derreumaux, cofondateur en 1982 du groupe panafricain Bank of Africa.

L’actualité récente tend en effet à confirmer l’analyse de ce vétéran des marchés financiers africains. En septembre, la Banque gabonaise de développement, qui était sous administration provisoire depuis 2017, a perdu sa licence. Début octobre, Lomé s’est résolu à privatiser la Banque togolaise pour le commerce et l’industrie (BTCI) et l’Union togolaise de banque (UTB), incapable de les redresser. Quant à la Côte d’Ivoire, elle a longtemps tergiversé avant d’annoncer il y a quelques semaines l’ouverture au secteur privé du capital de la Banque nationale d’investissement (BNI) et de celui de la Caisse nationale des caisses d’épargne (CNCE). La Banque camerounaise des PME (BCPME) connaît elle aussi des difficultés, comme le prouve l’appel du FMI à une révision de sa stratégie.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

Fermer

Je me connecte