Dossier

Cet article est issu du dossier «Banques de développement : retour en grâce sous conditions»

Voir tout le sommaire
Banque de développement

Des banques de développement pour atténuer les imperfections du marché

Benedict Oramah, le président de Afreximbank lors de la réunion annuelle qui s’est tenue du 11 au 14 juillet à Abuja, au Nigeria. © Afreximbank

Le marché est imparfait, et le secteur privé est loin de répondre à tous les besoins de financement en offrant des taux d’intérêt et des maturités différentes selon les clients. C'est pour cela qu'ont été crées les banques de développement.

Ces imperfections, identifiées notamment par l’économiste américain Joseph Stiglitz (Prix Nobel en 2001), justifient le mandat donné aux banques publiques.

Premièrement, les PME et les entrepreneurs agricoles africains sont victimes d’un rationnement du crédit en raison de l’incapacité des banques à identifier leurs caractéristiques et donc à mesurer correctement le coût du risque.

Deuxièmement, le secteur financier privé est parfois « procyclique », prêtant excessivement en phase de croissance, puis réduisant fortement ses crédits durant les années de vaches maigres. Un biais que les banques nationales, régionales et multilatérales de développement peuvent contrer.


>> A LIRE – À Afreximbank, Benedict Oramah mise sur le commerce intra-africain


Préférence pour la liquidité

À titre d’illustration, Afreximbank a accéléré au Nigeria, en Guinée et au Zimbabwe, pendant que ces pays connaissaient des crises économiques, sanitaire (Ebola) et diplomatique (sanctions américaines). Elle a ainsi vu son bilan quintupler entre 2014 et 2017.

Enfin, plusieurs secteurs bancaires africains souffrent d’une forte préférence pour la liquidité. « Compte tenu de l’incertitude quant à l’avenir, en fonction des caractéristiques des nouveaux secteurs et/ou projets qui nécessitent des ressources, les banques n’offrent souvent aucun crédit ou qu’un crédit insuffisant (surtout à long terme), même si le système financier est pleinement développé », déplorent les économistes Stephany Griffith-Jones et José Antonio Ocampo.

Lire les autres articles du dossier

«Banques de développement : retour en grâce sous conditions»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte