Dossier

Cet article est issu du dossier «Banques de développement : retour en grâce sous conditions»

Voir tout le sommaire
Banque de développement

Des banques de développement pour atténuer les imperfections du marché

Benedict Oramah, le président de Afreximbank lors de la réunion annuelle qui s’est tenue du 11 au 14 juillet à Abuja, au Nigeria. © Afreximbank

Le marché est imparfait, et le secteur privé est loin de répondre à tous les besoins de financement en offrant des taux d’intérêt et des maturités différentes selon les clients. C'est pour cela qu'ont été crées les banques de développement.

Ces imperfections, identifiées notamment par l’économiste américain Joseph Stiglitz (Prix Nobel en 2001), justifient le mandat donné aux banques publiques.

Premièrement, les PME et les entrepreneurs agricoles africains sont victimes d’un rationnement du crédit en raison de l’incapacité des banques à identifier leurs caractéristiques et donc à mesurer correctement le coût du risque.

Deuxièmement, le secteur financier privé est parfois « procyclique », prêtant excessivement en phase de croissance, puis réduisant fortement ses crédits durant les années de vaches maigres. Un biais que les banques nationales, régionales et multilatérales de développement peuvent contrer.


>> A LIRE – À Afreximbank, Benedict Oramah mise sur le commerce intra-africain


Préférence pour la liquidité

À titre d’illustration, Afreximbank a accéléré au Nigeria, en Guinée et au Zimbabwe, pendant que

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Banques de développement : retour en grâce sous conditions»

Fermer

Je me connecte