Diplomatie

RDC : l’ONU et l’OMS snobées par Kabila

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 12 novembre 2018 à 15h52
Joseph Kabila, président de la RDC, le 23 septembre 2017, à New-York.

Joseph Kabila, président de la RDC, le 23 septembre 2017, à New-York. © Craig Ruttle/AP/SIPA

Le président Joseph Kabila n’a pas reçu le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix ni le directeur général de l’OMS, en visite en République démocratique du Congo la semaine dernière.

Joseph Kabila n’a pas reçu le Français Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, ni l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, contrairement à ce que ce dernier avait annoncé le 8 novembre lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

Officiellement, leur mission conjointe en RD Congo, du 5 au 8 novembre (Lacroix a quitté Kinshasa le 9), visait à renforcer la coopération avec le gouvernement congolais dans la lutte contre les groupes armés et contre l’épidémie d’Ebola dans le Nord-Kivu.

Officieusement, il s’agissait aussi d’évaluer les conséquences de cette crise sécuritaro-­sanitaire sur l’organisation de la présidentielle du 23 décembre dans cette région.

Le scrutin compromis à Béni

Bruno Tshibala, le Premier ministre, et le gouverneur Julien Paluku, que Lacroix et Ghebreyesus ont rencontré, se sont voulus rassurants. Mais Lacroix a constaté, sur le terrain, que les Forces armées de la RD Congo n’avaient toujours pas sécurisé plusieurs zones proches de la ville de Béni, ce qui y compromet grandement le scrutin.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer