Politique

Sénégal : Karim Wade et Khalifa Sall amnistiés par Macky Sall après la présidentielle de 2019 ?

Karim Wade (à gauche) et Khalifa Sall. © Vincent Fournier/Sylvain Cherkaoui/JA

Macky Sall envisage d’accorder une amnistie générale après la présidentielle de 2019, s’il était réélu. Si Khalifa Sall, l’ex-maire de Dakar, serait notamment concerné par ce projet, celui-ci pourrait également faire patienter Karim Wade, le candidat déclaré du PDS, en exil au Qatar.

Fils de l’ancien président sénégalais et candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS) à la présidentielle de 2019, Karim Wade a annoncé à ses proches qu’il comptait rentrer à Dakar d’ici au début de décembre, malgré l’emprisonnement immédiat qui lui semble promis.

« Karim Wade n’a pas été amnistié mais gracié par le chef de l’État, explique un proche collaborateur de ce dernier. Or il ne s’est pas acquitté des amendes auxquelles il a été condamné. Il sera donc, en vertu de la loi et de la contrainte par corps, arrêté dès qu’il foulera le sol sénégalais. »


>>> À LIRE – Sénégal : Karim Wade et Khalifa Sall, même combat


Vers une amnistie générale après la présidentielle ?

Plusieurs chefs d’État en Afrique de l’Ouest comme en Afrique centrale lui ont enjoint de renoncer à son projet. D’autant que, toujours selon la loi sénégalaise, il n’est pas éligible, n’étant pas inscrit sur les listes électorales. L’un de ces dirigeants s’est même étonné de la véhémence de ses propos à l’endroit de Macky Sall et a fini par jeter l’éponge.

Le président sénégalais envisage d’accorder une amnistie générale après la présidentielle s’il était réélu. Elle pourrait notamment concerner Khalifa Sall, l’ex-maire de Dakar. Un projet de nature à faire patienter Karim Wade ?

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte