Politique

Côte d’Ivoire : Gbagbo temporise sur la succession de Sangaré à la tête du FPI

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Aboudramane Sangaré, à Abidjan, le 11 avril 2017.

Aboudramane Sangaré, à Abidjan, le 11 avril 2017. © Olivier pour JEUNE AFRIQUE

Laurent Gbagbo a décidé de ne pas remplacer au sein du Front populaire ivoirien (FPI) le président par intérim et premier vice-président du parti, qui s’est éteint samedi 3 novembre à Abidjan.

Informé de la situation par Mamadou Diaby, son médecin particulier, Alassane Ouattara a suivi depuis sa résidence de Mougins (sud de la France) les dernières heures d’Aboudramane Sangaré.

Le président par intérim et premier vice-président du Front populaire ivoirien (FPI), qui avait été emprisonné d’avril 2011 à août 2013, s’est éteint ce 3 novembre à Abidjan.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : qui pour succéder à Aboudramane Sangaré au FPI ?


Le chef de l’État avait proposé de prendre en charge les soins du malade, mais le FPI a refusé et Djedji Amondji, l’ancien gouverneur du district d’Abidjan, a insisté pour régler toutes les factures.

Remplacement en suspens

De son côté, Laurent Gbagbo a choisi de ne pas remplacer Sangaré au sein du parti.

Une décision prise à titre temporaire, afin de respecter la mémoire de son ami et en attendant que la CPI statue sur sa demande de non-lieu. Simone Gbagbo conserve son poste de deuxième vice-présidente et Assoa Adou, celui de secrétaire général.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer