Cinéma

Cinéma : « Mon cher enfant », le désarroi d’un père dont le fils est devenu jihadiste

Un récit prenant et des personnages attachants. © bac films

Après « Hedi », primé en 2016 au festival de Berlin, le réalisateur tunisien Mohamed Ben Attia revient avec « Mon cher enfant », un film original sur le désarroi d’un père dont le fils a sombré dans l’extrémisme.

Sami, fils unique de Nazli et Riadh, est sur le point de passer le bac. Fils studieux, il paraît bien parti pour satisfaire le plus grand souhait de ses parents : réussir ses études et trouver un travail sérieux. Même s’il souffre souvent de migraines… Mais soudain, c’est la catastrophe, le jeune homme disparaît, renonçant provisoirement ou définitivement à un destin écrit d’avance. Il apparaît bientôt qu’il est parti « faire le jihad » en Syrie. Son père, dévasté, prend l’avion pour la Turquie afin de partir à sa recherche.


>>> À LIRE – Terrorisme : « La question religieuse n’est pas le principal moteur de la mobilisation jihadiste »


Voilà un scénario qui, a priori, semble convenu. Et qui pourrait annoncer un film de plus sur le processus ou les méfaits de l’embrigadement d’un jeune à l’esprit malléable par un sympathisant de Daesh ou après une fréquentation assidue de sites jihadistes.

Le personnage central, celui que suit la caméra jusqu’au bout, ce n’est pas le fils, mais le père

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte