Culture

Histoire de l’esclavage : voyage au Musée d’Aquitaine

La devanture du musée d'Aquitaine à Bordeaux.

La devanture du musée d'Aquitaine à Bordeaux. © Youtube/France 3 Nouvelle-Aquitaine

Enrichie par la colonisation et la traite, la ville de Bordeaux a entamé un mea culpa constructif qui devrait prendre encore de l’ampleur dans les années à venir.

Le matin, avant l’ouverture au public, le Musée d’Aquitaine est peuplé d’une foule de petits êtres qui ne savent pas forcément ce dont leurs ancêtres se sont rendus coupables au XVIIIe siècle. Mais bientôt, emmenés par leurs enseignants ou par des médiateurs, les jeunes Bordelais découvrent dans les sombres salles consacrées à l’esclavage et au commerce triangulaire les non moins sombres heures de leur ville – celles-là mêmes qui firent sa fortune. Les questions fusent, les explications tombent entre les maquettes de navires, les tableaux, les registres, les objets rappelant un passé que la ville a longtemps tenu caché.


>>> À LIRE – Chronologie : les dates clés de l’Histoire de l’esclavage pratiqué par la France


Il fallait bien commencer quelque part, et c’est en rénovant ces lieux que Bordeaux a entamé son mea culpa. « Ces salles sont la première réponse de la ville aux revendications concernant la période de l’esclavage, explique Karfa Sira Diallo, qui dirige l’association Mémoires & Partages. Leur rénovation a été décidée pendant l’exil d’Alain Juppé au Canada. » Elles dessinent l’image d’une ville exploitant sans vergogne les îles antillaises. À la veille de la Révolution, peut-on lire, Bordeaux est le premier port colonial français, il envoie deux fois plus de navires vers les Amériques que Nantes ou Marseille.

Bordeaux doit sa richesse au commerce de denrées produites par des esclaves plus qu’à la traite elle-même

Le besoin antillais en main-d’œuvre va ainsi favoriser le développement triangulaire de la traite des Noirs – qui représente « moins de 5 % des expéditions coloniales de la ville ». Explication : « Bordeaux doit sa richesse au commerce de denrées produites par des esclaves plus qu’à la traite elle-même. Quatre-vingt-quinze pour cent du commerce bordelais se fait en droiture. » Ce petit cartel a pu faire grincer des dents, certains y décelant une volonté de minimiser le crime. Accusation un peu injuste puisque l’ensemble des salles s’attache à décrire à la fois la traite et la pratique de l’esclavage dans les plantations antillaises.

La traite négrière depuis Bordeaux, c’est 500 expéditions entre 1672 et 1837, précise un autre cartel. Ce chiffre représente 12 % de la traite française, loin derrière le port de Nantes (1 700 expéditions sur la même période). Environ 180 armateurs bordelais ont déporté entre 120 000 et 150 000 Africains sur les 11 à 13 millions qui furent emmenés vers les Amériques, bon nombre d’entre eux périssant pendant l’atroce traversée du « passage du milieu ».

Analogie

Au-delà des chiffres, les salles livrent des détails et des informations parfois moins connus. L’on découvre ainsi que le prix d’un esclave à Ouidah en 1767 s’élève à « 600 litres d’eau-de-vie […] ou 40 barres de fer ou 10 longueurs de cotonnade ou 100 000 cauris », ou encore que la vente de fusils en Afrique permet de « maintenir un état de guerre endémique dont les prisonniers alimentent le marché en esclaves ». Libre à chacun d’y voir (ou non) une analogie avec le présent…

« Ces salles doivent être améliorées, avec un discours qui prenne mieux en compte la violence de l’esclavage, la violence des Bordelais, soutient néanmoins Karfa Sira Diallo. Et puis on ne peut pas enfermer l’histoire de l’humanité dans un musée régional. » La ville l’a sans doute entendu puisqu’elle installera le 10 mai, sur les quais, une statue sculptée par l’artiste haïtien Filipo de l’esclave Al Pouessi, rebaptisée Marthe Adélaïde Modeste Testas par ses maîtres bordelais.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte