Interview

Sciences et technologies – Thierry Zomahoun : « Dans l’éducation, le retour sur investissement prend beaucoup de temps »

Par  | 

À la tête de l’Aims, l'Institut africain des sciences mathématiques devenu une vitrine de la recherche panafricaine, ce Béninois, président du Next Einstein Forum, s’est associé avec Google et Facebook pour se lancer dans l’intelligence artificielle.

Jeune Afrique : Vos enseignements s’étaient jusqu’ici focalisés sur les sciences mathématiques. Le lancement d’un master en intelligence artificielle est-il le début d’une diversification ?

Thierry Zomahoun : La diversification a commencé il y a déjà sept ans avec la mise au point du concept d’écosystème de savoir et d’innovation. Celui-ci repose sur plusieurs piliers, parmi lesquels l’enseignement et la recherche (niveau master et doctorat) ou l’Aims Industry Initiative, destinée aux étudiants qui souhaitent en alternance travailler dans l’industrie et passer un master. Nous développons par ailleurs une recherche en sciences et technologies quantiques, alors que personne n’attend l’Afrique sur ce terrain avant-gardiste.

L’autre pilier, c’est le Next Einstein Forum, dont l’objectif est de réunir tous les deux ans (et bientôt tous les ans) sur le continent techniciens, scientifiques et universitaires venus du monde entier pour leur faire découvrir ce que font les jeunes Africains. Nous avons fait ce choix pour contourner un problème à la fois banal et fondamental, qui limite les déplacements de nos jeunes : celui des visas.

Nous sommes l’une des rares institutions à avoir mis en place un programme novateur de formation des enseignants

Aims mène également un travail de vulgarisation des sciences chez les plus jeunes…

Si la base du système éducatif produit des étudiants qui ne sont pas au niveau, nous en hériterons forcément en licence ou en maîtrise. Il nous faut donc influer, dès le départ, sur la qualité de l’éducation scientifique. Nous sommes l’une des rares institutions à avoir mis en place un programme novateur de formation des enseignants. Nous les mettons en situation de laboratoire, ce qui leur permet d’obtenir des retours sur la manière dont ils enseignent et dont ils gèrent leur classe.

En vous liant à Facebook et à Google, ne craignez-vous pas que votre travail profite plutôt à ces géants du numérique qu’au continent ?

La question est pertinente, mais la réponse est non. Parce que les contenus des programmes ont été élaborés par notre équipe. Ni Google ni Facebook ne sont intervenus pour nous dire ce que nous devions faire. Et nous avons obtenu d’eux que les résultats des recherches soient accessibles à tous et que, s’il y a matière à développer des brevets, ceux-ci appartiennent à Aims. Notre relation n’a aucun caractère postcolonial. Nous y veillerons, parce que rien n’est jamais acquis en ce domaine.

Sur le plan des talents, le risque est plus grand. Mais je suis convaincu que l’éventuelle fuite des cerveaux finira par se retourner et bénéficiera à l’Afrique. La meilleure preuve en est que de plus en plus de jeunes font le choix de revenir sur le continent.

Vous plaidez pour l’investissement dans la connaissance, censé être l’instrument du développement économique du continent. Aims récolte-t-il déjà les fruits de ses investissements ?

Le retour sur investissement dans l’éducation n’est pas le même que, par exemple, dans l’industrie. Il prend du temps et n’est souvent pas apprécié à sa juste valeur. Prenez le cas de Wilfred Ndifon. La découverte qu’il a faite va révolutionner l’industrie du vaccin. Je ne sais pas exactement ce qu’Aims a investi sur lui – peut-être quelques centaines de milliers de dollars –, mais ses travaux vont permettre de dégager des bénéfices bien plus considérables.

Améliorer notre communication ? Bien sûr, mais en veillant à ce qu’elle ne prenne pas le dessus sur le contenu des programmes.

Faites-vous un suivi de ce que vos travaux apportent au développement du continent ?

Nous avons besoin de temps pour mesurer précisément notre impact sur l’économie des pays dans lesquels nous travaillons. En 2023, nous aurons vingt ans d’existence. Ce sera le bon moment pour dresser un premier bilan.

N’est-il pas temps pour vous de dépasser les limites du continent ? De faire connaître à l’extérieur la science et les scientifiques africains ?

Vous avez raison, mais, même sur le continent, notre travail n’est pas encore connu de tous. Il nous faut faire un gros travail de communication et de mobilisation auprès de partenaires internationaux. Tout en veillant à ce que la communication et les relations publiques ne prennent pas le dessus sur le contenu des programmes. C’est un équilibre délicat que nous nous efforçons de préserver.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
Finalité du poste Assurer un soutien proactif au Président de la Banque en coordonnant et rationalisant le flux de travail administratif de la Présidence. Garantir l’efficacité des activités quotidiennes et anticiper les besoins, en faisant preuve de flexibilité, de rigueur et d’organisation. Missions Principales et Activités : Le Cadre Assistant Executive Bilingue a pour missions principales et activités : D’assurer la gestion de l‘agenda et de la communication du Président Gérer l’Agenda et les communications du Président De participer au traitement et à la production des documents du Président Assurer la gestion et le suivi des flux de documents Produire et assurer le traitement des documents produits par le Président Autres activités Gérer le stock de fournitures et les équipements de bureau de la Présidence Qualifications et profil du poste :
  • Être titulaire d’un diplôme universitaire ou professionnel équivalent au Bac + 5 dans les domaines de la Gestion des Affaires, du Commerce, de l’Administration ou dans une discipline connexe ;
  • Avoir une expérience professionnelle pertinente de cinq (5) ans minimum et pratique dans les fonctions d’appui au sein d’une institution internationale avec des compétences linguistiques avérées, une capacité à concevoir et à élaborer des documents à partir de consignes orales ou écrites ;
  • Avoir une très bonne maîtrise du pack office (Word, Excel, PowerPoint) et bureautique ;
  • Être parfaitement bilingue (Anglais /Français).
 Compétences Requises :
  • Avoir des notions de base de gestion opérationnelle de l’entreprise ;
  • Avoir la maîtrise des techniques de gestion administrative appliquées aux organisations, le développement et l’application des méthodes et outils de planification administrative ;
  • Avoir la maîtrise de la gestion de l’information et des circuits internes de l’information ;
  • Avoir des notions de base sur les systèmes d’informations, la logistique et la sécurité ;
  • Avoir la maîtrise de la conception, la rédaction de documents officiels d’actes de procès-verbaux et de compte rendus de réunion ;
  • Avoir la maîtrise des procédures internes et des formulaires de la BOAD ;
  • Avoir la maîtrise des techniques de Communication et Relations Interpersonnelles ;
  • Avoir la maîtrise de l’Environnement Economique et Bancaire et Financier ;
  • Avoir la maîtrise des méthodologies de résolution de problèmes ;
  • Connaissance de la BOAD ;
  • Organisation personnelle et gestion du temps.
Aptitudes clés :
  • Sens de la confidentialité et discrétion
  • Gestion des priorités
  • Autonomie et attention aux détails
  • Aisance relationnelle
  • Bonne qualité rédactionnelle
  • Réactivité et flexibilité pour apporter le soutien nécessaire à tout moment
 Les personnes intéressées sont invitées à envoyer leur CV, lettre de motivation, copie des diplômes à partir du BAC en indiquant les références du poste à pourvoir à l’adresse : infotg@africsearch.com   Date limite de dépôt des candidatures le 26 Octobre 2020 à 18 H 00 H TU N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail. Retrouvez le descriptif du poste sur www.africsearch.com /http://www.boad.org  
Africsearch  
2020-10-12 13:25:31
full-time
Niger

| Institutions-ONG
Le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) est un organe opérationnel des Nations Unies soutenant la mise en oeuvre efficace des projets de ses partenaires dans les domaines humanitaires, de consolidation de la paix et de développement. Conformément à son mandat, l’UNOPS est une ressource centrale des Nations Unies et fournit des services durables en matière de gestion de projets, d’achats et d’infrastructures à un large éventail de gouvernements, de donateurs et d’entités onusiennes. C’est ainsi que le projet « Niger Compact », financé par le Millennium Challenge Corporation (MCC) a été signé récemment. L’UNOPS fournira des services d’assistance technique et de gestion de programmes en intégrant des experts hautement qualifiés et expérimentés au sein du MCA-Niger, l’organisation du GdN responsable de la mise en oeuvre du Compact. C’est dans cette optique que l’UNOPS est à la recherche d’Un·e Conseiller·ère - Bureau de gestion de programme à un niveau IICA 3/P4 qui travaillera pour le bureau Sous-régional basé à Niamey et rendra compte directement au Chef du PMO Compact. ----------------------------------------------------------------------------------- Titre : Conseiller·ère - Bureau de gestion de programme Niveau : IICA 3 Nombre de position : 1 Lieu d’affectation : Niamey-Niger Date de clôture : 26 octobre 2020 Éducation – Expérience - Langues • Être titulaire d’un diplôme universitaire du second cycle BAC+5 (Master) en gestion de projets, ou en sciences sociales, ou en Économie ou planification ou dans un domaine connexe est nécessaire. • Une combinaison d’un diplôme universitaire du premier cycle BAC+3 (Bachelor) en gestion de projets, sciences sociales, Économie ou planification ou dans un domaine connexe, et de 2 années supplémentaires d’expérience de travail pertinente peut être acceptée au lieu des exigences de scolarité décrites ci-dessus. • Une formation spécialisée en gestion de projet ou en contrôle des coûts est souhaitable. • La certification en MS Project (Managing Projects with Microsoft Project ou équivalent) est souhaitable. • La certification en PRINCE2 Foundation/Practitioner (ou PMP®) est un atout considérable. • Avoir au minimum de 7 années d’expérience en gestion de projet, dans la planification et au contrôle des coûts pour tous les projets du MCA-Niger, qui inclut la déclaration des variations, le suivi des étapes importantes à la préparation des processus de facturation pour les clients, etc est exigé. • Une solide connaissance des outils de planification tels que Microsoft Project et/ou Primavera est essentielle. • Une solide expérience dans la gestion documentaire est essentielle. • Une expérience dans la mise en place de systèmes d’information de gestion des projets (PMIS) tel que MS Power BI est un atout considérable. • Une connaissance des normes ISO en gestion de documents et de l’information (ISO 2709, 10244, 15836, 15489, 21127, 23950, 32000) est hautement souhaitée. • Une connaissance du contrat Fédération internationale des ingénieurs conseils (FIDIC) est un avantage. • Connaissances informatiques notamment Google Suite, MS Sharepoint et maîtrise de l’utilisation de MS Project. • Bonne connaissance des tableurs et feuilles de calculs pour le traitement des données et la production de divers rapports. • Connaissance du processus d’exécution du projet et capacité à fournir des plans et des programmes structurés adaptés à chaque phase. Pour postuler ou avoir plus d’informations, merci de suivre le lien suivant : https://jobs.unops.org/pages/viewvacancy/VADetails.aspx?id=20051 Les candidatures féminines sont fortement encouragées. UNOPS
2020-09-21 09:15:07
full-time
Togo

| Banque-Finance-Assurance

Saisissez l’opportunité d’un avenir prometteur Passez d’un(e) jeune diplômé(e) talentueux(se) à un(e) banquier(ière) professionnelle) de classe mondiale.

Ecobank Togo a récemment lancé son programme de développement de diplômé(e)s conçu pour former de jeunes diplômé(e)s talentueux(ses) et motivé(e)s à devenir des banquier(ière)s professionnel(le)s de « standing » mondial. Ce programme est une opportunité pour démarrer sa carrière dans notre institution fi nancière panafricaine. Caractéristiques du programme : • Ce programme s’étale sur 12 mois avec des modules d’apprentissage, de formation, d’expériences pratiques, d’immersion métier et de gestion de projets ; • Coaching individuel & mentorat. Profil des candidat(e)s : • 26 ans maximum au 31 décembre 2020 ; • Tout diplôme de niveau Bac+4 de n’importe quelle discipline obtenu dans une école de renom et sanctionné par une mention « Assez Bien » ou plus. Compétences clés des candidat(e)s : • Excellente communication verbale et écrite ; • Solides compétences interpersonnelles ; • Autonomes et orienté(e)s résultat ; • Capables d’identifi er les problèmes, les analyser et les résoudre. Processus de dépôt des candidatures Les candidat(e)s qualifi é(e)s sont prié(e)s d’envoyer leur CV à graduatetg@ecobank.com en mentionnant en objet “Programme de développement des diplômés“. Le dépôt des candidatures prendra fi n le 31 octobre 2020. Eco bank
2020-09-21 08:56:14
full-time
Fermer

Je me connecte