Dossier

Cet article est issu du dossier «Sciences et technologies : la fin des complexes»

Voir tout le sommaire
Sciences

Sciences et technologies : la fin des complexes en Afrique

Sciences et technologie : la fin des complexes © Laurent Parienty pour JA

Enseignement, recherche, publications... Si les moyens manquent encore, l’Afrique n’a jamais été aussi présente sur la scène scientifique mondiale, et de nombreux talents émergent. Une certitude : l’effort doit être collectif et panafricain.

C’est l’une des conséquences, parmi bien d’autres, du réchauffement climatique et, plus largement, de l’activité humaine : les espèces qui peuplent la planète, qu’elles soient végétales ou animales, sont menacées. 26 000 espèces vivantes sont rayées chaque année de la surface du globe et, pour s’en tenir aux vertébrés, qui nous sont les plus proches, 8 851 espèces sur 27 600 sont aujourd’hui en déclin. En juillet 2017, trois biologistes (deux Américains et un Mexicain) écrivaient même, dans une étude pessimiste parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, que la sixième « extinction de masse » était entamée et qu’elle serait comparable à celle qui a provoqué la disparition des dinosaures.

L’Afrique, bien sûr, n’est pas épargnée par le phénomène et nombre de ses espèces sauvages les plus emblématiques sont en danger. C’est là que la science entre en jeu. Depuis quelques années, certaines populations animales – de zèbres et d’impalas, notamment – ont été équipées de colliers qui, par ondes radio ou par GPS, permettent aux gardes animaliers de connaître leur position en temps réel et de repérer les mouvements anormaux provoqués, par exemple, par l’approche de braconniers.

Mieux encore : grâce à l’intelligence artificielle, le dispositif peut être analysé par des ordinateurs qui, utilisant des « modèles prédictifs », sont capables de prévoir dans quelle direction le troupeau va se diriger. À la base de ce dispositif, on trouve une invention africaine : le CyberTracker, un logiciel reliant collier et satellite développé, à la fin des années 1990, par deux Sud-Africains (Louis Stevenson et Liebenberg Lindsay) soucieux de protéger les rhinocéros de leur pays.


>>> A LIRE – [Tribune] L’Afrique prend sa place dans l’avancée de l’intelligence artificielle


De tels exemples, hélas, restent rares. Le continent a encore trop tendance, pour résoudre ses problèmes, à utiliser des technologies développées ailleurs. Et, malgré les belles déclarations, malgré aussi quelques incontestables réussites, la recherche scientifique reste trop souvent le parent pauvre des budgets publics. En témoignent les récents objectifs fixés par l’Union africaine, qui invitent les États membres à consacrer au moins 1 % de leur PIB aux « STI » (sciences, technologies et innovation). Un chiffre qui était déjà visé… lors du sommet de l’Organisation de l’unité africaine de Dakar en 1974. Et qui n’est toujours pas atteint.

La prise de conscience de l’importance des sciences est générale

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte