Dossier

Cet article est issu du dossier «Tchad : Idriss Déby Itno, seul à la barre»

Voir tout le sommaire
Politique

Tchad : faute de budget, les législatives prévues en 2015 devront encore attendre

Lors de l’élection présidentielle du 25 avril 2011, à N’Djamena.

Lors de l’élection présidentielle du 25 avril 2011, à N’Djamena. © Gael COGNE/AFP

Prévues pour novembre et annoncées par le chef de l’État lui-même, les législatives, qui auraient initialement dû être organisées en 2015, devront encore attendre, faute de budget.

Selon N’Djamena, elles devraient coûter environ 70 milliards de F CFA (106,7 millions d’euros), une somme dont le pays ne dispose pas.

Le gouvernement se prépare tant bien que mal au sein du Cadre national de dialogue politique (CNDP), qui prévoit une réforme du code électoral et la création d’une Commission électorale nationale indépendante.


>>> À LIRE – Tchad : Idriss Déby Itno annonce des législatives en novembre 2018


« Nous devons organiser ces scrutins et tenir la promesse que le chef de l’État a faite en 2016, affirme Jean-Bernard Padaré, membre du bureau politique du MPS. La volonté est là et, si l’on obtient l’appui de nos partenaires, nous pourrons organiser ce vote courant 2019. » Auparavant, les autorités pourraient choisir d’organiser les élections communales.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte