Économie

[Infographie] Commerce au Maghreb et au Moyen-Orient : dans l’escarcelle de Moscou

Le président russe Vladimir Poutine.

Le président russe Vladimir Poutine. © Alexander Astafyev/AP/SIPA

Peu ou prou exclue du jeu au Moyen-Orient depuis que Sadate a fait passer l’Égypte à l’Ouest, la Russie a effectué un retour en force dans la région à la faveur de son soutien au régime syrien. Et s’est imposée en interlocuteur incontournable dans la zone, y compris sur le plan économique.

Depuis la visite du roi Salman à Moscou en octobre 2017, le volume des échanges avec l’Arabie saoudite a ainsi bondi. Mais c’est l’Égypte – qui exporte fruits et légumes et importe blé et métaux précieux – et la Turquie qui représentent l’essentiel du commerce entre la région et Moscou.

La Russie a levé en mai 2017 toutes les sanctions économiques imposées à Ankara après que cette dernière eut abattu l’un de ses chasseurs en Syrie. Conséquence : une hausse de près de 40 % des échanges entre les deux pays.


>>> À LIRE – Infographie : Poutine étend son empire en Afrique


À l’inverse, la baisse sensible du volume des échanges avec l’Iran, partenaire stratégique, surprend. Les entreprises russes ont-elles anticipé les sanctions américaines ?

Enfin, l’Algérie, traditionnelle cliente de la Russie en matière d’armement, s’est lancée dans la modernisation de son armée, avec l’acquisition de systèmes de défense antiaérienne, de chars, de sous-marins et d’avions de combat.

Infographie JA

© Infographie JA

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte